Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 17Article 476128

Politique of Sunday, 17 November 2019

Source: Actu Cameroun

Elections 2020: la question du genre au cœur des critères

Depuis l’annonce de la date des élections législatives et municipales au Cameroun, c’est la ruée vers les candidatures du côté des militants et sympathisants des partis politiques. Au point même de donner aux responsables de ces formations, l’idée de constituer des listes. Plusieurs critères doivent cependant être présentés pour tenter de concourir à ces fonctions, comme le stipule la loi N° 2012/001 du 19 avril 2012 portant Code électoral modifié et complété par la loi n° 2012/017 du 21 décembre 2012.

Parmi ces critères, figure la prise en compte du genre dans le cadre des législatives et municipales du 9 février prochain. En 2013, le Conseil électoral d’Elections Cameroon avait en effet rejeté les listes en compétition dans la circonscription de l’Extrême-Nord à cause de l’absence de femmes comme candidates titulaires lors de la mise en place de la première législature du Sénat. S’en est suivie la décision de la Cour Suprême qui a confirmé le rejet de ces listes.

Selon un expert, «?il appartient aux partis politiques de veiller à l’application de cette disposition. Si cette approche n’est pas respectée, l’on aboutit forcément à la situation des sénatoriales de 2013 où une circonscription n’avait pas de candidates titulaires dans les différentes listes qui avaient été présentées à Elecam. Le résultat, on le connaît?».

La décision finale revient au Conseil électoral et au Conseil constitutionnel

La décision finale revient toutefois au Conseil électoral et au Conseil constitutionnel, le code électoral n’ayant pas fixé de quota par rapport au genre. De ce fait, dans une circonscription comme le Mfoundi qui compte sept sièges de députés «?la présence d’une seule femme comme titulaire peut amplement justifier la prise en compte du genre dans le contexte camerounais?», poursuit l’expert interrogé par Cameroon Tribune. On risquerait alors d’assister au même scénario qu’en 2013, si les femmes venaient s’ajouter aux listes comme suppléantes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter