Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 23Article 486577

General News of Thursday, 23 January 2020

Source: Mutations N°5020

Elections 2020 : ‘ l’impact du boycott du Mrc pourrait être marginal’

Pour l’historien Ahmadou Sehou auteur du livre « Cameroun : l’opposition en panne », l’impact du boycott du Mrc pourrait être marginal.

Quelles sont les chances que le message de boycott du Mrc porte ?
La posture actuelle du Mrc a pris tout le monde de court. Certainement que les raisons profondes qui ont dicté cette grave décision n'ont pas toutes été dévoilées et les jours à venir pourront nous édifier davantage. Passé la surprise, certains militants du MRC se sont ralliés ou alignés sur cette position du leader central, prônant un boycott actif à travers des campagnes d'information et d'explication sur le terrain, en direction de nouveaux adhérents et des militants. Toutefois il est permis d'être dubitatif quant au suivi réel ou au caractère massif de l'application du mot d'ordre de boycott. Il est indéniable que les militants étaient chauffés à bloc depuis plus d'une année et voyaient les élections comme un moyen de démonstration de force et de capacité électorale. Il n'est pas exclu que beaucoup puissent aller voter pour certains candidats qui leur sont proches ou dont le discours électoral pourrait les séduire. Quant au grand public des citoyens, tout dépendra de la capacité des partis et des candidats en lice à les convaincre d'aller voter. En ce sens, le jeu semble bien ouvert pour tous les acteurs.

Quel impact un boycott massif pourrait avoir sur ces scrutins ?
Si ses militants les plus engagés n'iront pas voter, le gros de l'électorat peut ne pas être du même avis. En plus, la polarisation de l'espace politique camerounais semble indiquer que chaque parti a son électorat qu'il peut mobiliser. Les électeurs du Mrc peuvent retourner à leur ancien amour le SDF ou choisir d'autres formations politiques, par dépit ou par opportunisme. Tout cela pour dire que l'impact du boycott du Mrc risque être très limité sur le scrutin au plan général. Si par extraordinaire un boycott massif se produisait son impact serait limité par la mobilisation des militants des autres partis politiques. Il est assez hypothétique d'atteindre une masse critique de nature à jeter le discrédit sur le scrutin au point d'influer sur les résultats. Même avec une faible participation le scrutin sera validé, en l'absence d'un seuil en deçà duquel il y aurait une invalidation. Toutefois, cela pourrait montrer la force du Mrc dans l'opinion, auprès des électeurs, et par conséquent peser sur les négociations futures en vue des reformes électorales et politiques demandées

A qui le boycott pourrait-il bénéficier éventuellement ?
Un boycott massif, s'il survenait, favoriserait les candidats du parti au pouvoir et désavantagerait ceux de l'opposition. Il démontrerait la capacité de suivi des mots d'ordre du MRC et son audience auprès des électeurs. Il conforterait sa place dans l'opposition et dans la confrontation avec le régime. Il pourrait influencer les réformes démocratiques futures mais avec une faible probabilité d'implication directe ou de négociation avec le Mrc. En termes de bénéfices, le boycott va en faveur des candidats du pouvoir tout en réduisant l'opposition à la portion congrue. Ce qui ne veut pas dire que en y participant la donne serait foncièrement différente compte tenu du rapport des forces et du verrouillage du jeu politique camerounais. La participation ou le boycott, expérimentés par l'opposition depuis le retour au multipartisme n'ont pas produit jusqu'ici les résultats et les avancées démocratiques escomptées. Il y a une sorte de prévalence de l'immobilité et d'absence de dialogue politique direct entre les principaux acteurs, dans l'optique de produire un cadre et des règles démocratiques acceptées par tous

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter