Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 22Article 476560

General News of Friday, 22 November 2019

Source: camer

Elections 2020: deux ex-détenus du MRC candidats à Bafoussam

Après avoir peaufiné leurs dossiers de candidatures, ils se sont rencontrés le 21 novembre pour élaborer les listes.

« Tous les anciens détenus du Mouvement pour la renaissance du Cameroun [Mrc] m’ont proposé comme titulaire de la liste Mrc aux législatives dans le département de la Mifi. C’est une grande satisfaction pour moi », se réjouit André Téne, après la rencontre qui a rassemblé le 21 novembre, les ex-détenus Mrc de la région de l’Ouest à Bafoussam, arrêtés dans le cadre des « marches blanches ». « J’ai déjà déposé mon dossier de candidature. Donc, je suis en règle. Nous les ex-détenus Mrc qui avons fait la prison avons décidé de nous rencontrer pour porter notre dévolu sur ceux parmi nous qui pourront se présenter aux législatives et municipales.

Nous avons fait la prison, nous avons souffert ; je pense que le bon moment est venu de récolter les fruits de cette souffrance », poursuit André Téne.

D’autres candidats ont été désignés au cours de cette rencontre comme tête de liste pour les municipales à Bafoussam 1er, Bafoussam 2e, Bafoussam 3e et dans d’autres villages de la Mifi. « La Mifi compte cinq villages. Le portail des camerounais de Belgique (Camer.be). Nous voulons y briguer tous les postes. La Mifi étant le coeur de la région de l’Ouest, je pense que la stratégie est bonne pour avoir à nous seuls cette région », estime M. Téne.

Ils vont à présent présenter au parti tous les candidats choisis et y joindre leurs programmes d’action ainsi que les différents projets pour les années à venir. Ces ex-détenus se disent rassemblés autour de la même idéologie des « protestataires par la non-violence ».

Libérés récemment, après avoir pris part aux marches de protestations contre « la victoire volée » de Maurice Kamto à la présidentielle de 2018, ils croient être devenus une force politique dans la région de l’Ouest. Les huit mois passés derrière les barreaux leur auraient conféré plus de crédibilité au sein de la population, estiment-ils.

Le parti de Maurice Kamto veut aussi s’appuyer sur eux pour gagner des victoires et renforcer ses stratégies et ses bases dans la région de l’Ouest, surtout dans le département de la Mifi où la plupart des cadres politiques sont du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

« Nous voulons enseigner le principe de la manifestation par la non-violence aux habitants. En prison, beaucoup nous demandaient comment est-ce que nous pouvons lutter avec une Bible à la main. Face à la répression du pouvoir en place, je pense que nous avons trouvé leur faiblesse », indique un autre cadre du Mrc. Ces personnes, une vingtaine au total, sont célébrées comme des héros par les militants. Surfant sur cette vague de sympathie apparente, ils ont décidé d’arracher tous les postes de députés et de maires dans la Mifi. Et ils y croient.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter