Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 25Article 558098

General News of Wednesday, 25 November 2020

Source: cameroun24.net

Election Régionale: Atanga Nji invite les partis politiques concernés à la caisse

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de cameroun24, le ministre de l'administration territoriale informe les responsables des partis de la disponibilité de la 1ere tranche.


Conformément à la loi loi n°2012/001 du 19 avril 2012, article 285, portant financement public de la campagne électorale, les responsables des partis politiques en lice pour les régionales sont invités à se présenter à la portes 317 qui abrite la direction des affaires politiques du dit ministère pour décharger la première tranche de cette dotation.

Les partis politiques seront payés en fonction des listes retenues. Ils recevront la deuxième tranche en fonction des résultats qu'ils auront aux urnes.


L'opposition camerounaise MRC, CPP, PAP, La société civile Stand Up For Cameroon, AGIR-ACT, NDH, REDDHAC, À NOUS LE CAMEROUN, CHRDA étaient descendus dans la rue le 22 décembre dernier pour demander le départ du régime en place si leurs conditions ne sont pas satisfaites.

Ils ont été violemment reprimés, certains ont été arrêtés et son leader Maurice Kamto a été placé en résidence surveillée.

Leurs deux conditions principales, à savoir: La fin de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, et la révision consensuelle du processus électorale avant l'organisation de toute élection n'ont toujours pas été satisfaite par le gouvernement qui juge leur projet insurrectionnel.

Le président Biya qui a convoqué les collèges électoraux le 7 septembre dernier pour les élections régionales prévues le 6 décembre, semble toujours être sourd à toutes ces demandes.

Le ministre de l'Administration Territoriale, Paul Atanga Nji avait prévenu d'appliquer toute la rigueur de la loi sur ceux qui vont manifester, a sur sa table les dossiers de ces partis, notamment le MRC menacé de dissolution.

Les réunions et déclarations des opposants au régime de Yaoundé se multiplient au Cameroun, pendant que le régime communique pour justifier la repression. Les deux camps continu d'affuter leurs armes dans ce combat qui est loin d'être achevé.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter