Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 22Article 543493

General News of Tuesday, 22 September 2020

Source: mondeactuel.net

EXCLUSIF: Maurice Kamto se confie à Deutsche Welle

Les autorités camerounaises sévissent contre les membres de l’opposition dans le cadre d’une manifestation prévue contre le président Paul Biya. Maurice Kamto, homme politique de l’opposition, s’adresse exclusivement à Deutsche Welle (DW) pour lui faire part de son désir de changement pacifique.

Maurice Kamto, l’un des hommes politiques de l’opposition au Cameroun, et leader du mouvement de la Renaissance camerounaise, a exhorté ses partisans à venir manifester pacifiquement. Le féroce critique du gouvernement exige que le président Paul Biya, en poste depuis longtemps, se retire et autorise des réformes électorales. Dans une interview exclusive avec DW, Kamto parle de la manifestation et de sa vision pour ce pays d’Afrique centrale en difficulté.

DW : Que voulez-vous obtenir avec cette manifestation ?

Maurice Kamto : Il y a deux points principaux. Le premier est d’arrêter immédiatement l’effusion de sang dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest par un cessez-le-feu. Vous pouvez obtenir un cessez-le-feu par deux moyens différents. Soit les forces armées de l’Etat, l’armée camerounaise, entre en contact avec le groupe armé sur le terrain et conclut un cessez-le-feu. Soit elles peuvent déclarer unilatéralement un cessez-le-feu pour voir si les groupes armés vont respecter le cessez-le-feu ou non.

Je pense que c’est la meilleure façon de le faire rapidement. S’ils ne veulent pas paraître faibles, parce qu’ils essaient de négocier avec les groupes armés, ils peuvent simplement dire que pour les deux semaines à venir, nous allons ramener nos militaires dans les casernes, et nous verrons comment les groupes armés se comporteront. C’est pour nous et pour moi, la meilleure façon d’obtenir un cessez-le-feu rapide et de mettre fin à l’effusion de sang et à cette guerre absurde dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun.

Le deuxième point est la réforme consensuelle du système électoral car nous appliquons le code électoral actuel depuis 2012 et nous avons obtenu les mêmes résultats, c’est-à-dire la contestation des résultats des élections. C’est pourquoi nous n’avons pas opté pour les élections de février 2020 parce que le même parcours produira exactement les mêmes résultats. Si vous ne changez pas le code électoral, nous aurons les mêmes résultats chaque fois que vous organiserez des élections au Cameroun.

Vous parlez d’arrêter l’effusion de sang. Les autorités affirment que la manifestation est illégale et que les forces de sécurité « prendront toutes les mesures nécessaires pour maintenir fermement l’ordre public ». Ne mettez-vous pas vos partisans en danger ?

Avez-vous déjà vu une dictature considérer une manifestation comme légale ? Quelle loi avons-nous violée ? La constitution du Cameroun est très claire à ce sujet. La liberté de réunion, de parole et de manifestation est conforme à la loi. Cela signifie que vous l’appliquez conformément à la loi, et non que la loi ou l’autorité administrative peut interdire la liberté établie par la constitution. À la fin de l’énumération, la même constitution dit que l’État garantit la jouissance de ces lois à chaque citoyen camerounais. Il n’y a donc aucune violation d’une loi.

Lorsque vous parlez de mettre les gens en danger, est-ce la mission d’une armée ou d’un gouvernement de tirer sur les gens qui veulent manifester pacifiquement ? Nous pensons que la seule façon pour nous d’exprimer notre désaccord, notre amertume, notre frustration à ce gouvernement est de manifester pacifiquement. Puisque nous ne pouvons pas le faire par le biais d’une élection libre et équitable : Nous n’allons pas dans la rue pour jouer. Nous n’allons pas dans la rue pour jouer. Nous n’y allons pas parce que nous sommes heureux d’y aller. C’est simplement parce que c’est le seul moyen dont nous disposons maintenant. C’est une manifestation pacifique. Je tiens à le souligner.

Beaucoup de gens pensent que vous essayez de déstabiliser le pays. Que répondez-vous à cela ?

Ma réponse est la même : comment puis-je déstabiliser le pays sans armes ni munitions. Sommes-nous armés ? Non. Comment pouvons-nous déstabiliser le pays ? C’est à eux – selon les lois de ce pays et selon les lois de tout pays épris de liberté – d’accompagner, d’aider et de s’assurer que la manifestation se déroulera sans heurts et pacifiquement. Il n’y a rien de mal à cela. Vous avez des manifestations dans le monde entier tous les jours, tous les jours, et vous n’avez pas de charge pacifique d’insurrection et d’hostilité envers le pays, la nation, ou de rébellion ou quoi que ce soit. Cela fait partie de notre système juridique, et cela fait partie de l’engagement du gouvernement du Cameroun au niveau international. C’est ce que prévoit le Pacte sur les droits politiques et civils de 1966.

Les gens se demandent, pourquoi maintenant ? Ils ne pensent pas que ce soit le bon moment pour protester contre le gouvernement, surtout en cette période de pandémie COVID-19. Comment allez-vous faire pour que les gens se protègent en faisant cela ?

Pourquoi maintenant ? Y a-t-il un moment approprié pour une manifestation ? Peut-être pas pendant une pandémie.

Mais le Cameroun sera-t-il le seul pays où les gens manifestent en plein milieu de COVID-19 ? C’est une plaisanterie. Le même gouvernement a autorisé une manifestation devant l’ambassade des États-Unis. C’était il y a trois semaines. La pandémie était-elle terminée ? Savons-nous au moins quand la pandémie sera terminée ?

Mais dans votre cas, que faites-vous alors ? Parce que, je veux dire, COVID-19 est réel, que faites-vous pour protéger votre peuple de la propagation de COVID-19 ?

Nous avons rédigé un code pour les manifestants, que tout le monde doit sortir avec un masque. Pour s’assurer qu’ils respectent la distance sociale, pour se protéger et protéger les autres. C’est l’un des points clés de notre projet de code pour les personnes qui vont manifester.

Quelles sont vos attentes quant à l’avenir du Cameroun ?

Je demande un changement pacifique pour le Cameroun et je m’y tiens. Je veux un changement pacifique. Si nous pouvions arrêter la guerre dans le Nord-Ouest pour permettre aux gens de ce côté du Cameroun de participer à toutes les élections dans notre pays. Réformer le code électoral de manière consensuelle, afin qu’au bout du compte, la personne élue par les Camerounais dans les bureaux de vote soit celle qui est proclamée gagnante, nous aurons un changement pacifique au Cameroun.

C’est ce que nous demandons. Nous nous sommes battus pour cela, et nous n’avons pas d’autre ordre du jour qu’un changement pacifique au Cameroun. Et j’implore ce gouvernement et quiconque au niveau international de comprendre que nous ne sommes pas ici pour détruire notre propre pays. C’est pourquoi j’ai demandé une manifestation pacifique. Je ne veux pas de violence parce que nous ne voulons pas détruire notre pays avant de le reconstruire. Une manifestation pacifique si cela peut conduire à un changement pacifique, alors je serais plus qu’heureux.

Qu’est-ce qui vous fait croire que vous êtes la bonne personne pour diriger le Cameroun ?

C’est au Camerounais de décider. Je peux faire semblant, et les Camerounais disent « non », ils peuvent choisir une autre personne. Je ne suis pas en désaccord avec cela. Même avant les élections de 2018, j’ai clairement déclaré que si le président sortant était librement élu par les Camerounais pour continuer à diriger ce pays, je respecterais ce choix. Alors s’il vous plaît, ne me demandez pas pourquoi je pense que je peux diriger le Cameroun. Je pense que j’ai offert ma disponibilité à mes compatriotes. C’est à eux de le dire, ce n’est pas vous. Nous ne pensons pas que vous puissiez le faire. Mais s’ils disent que je peux le faire, que tout le monde respecte ce choix.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter