Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 12 20Article 452918

General News of Thursday, 20 December 2018

Source: Essigan N°147

ENAM: le nouveau Directeur Général serait 'vierge'

L’amphi Jacques Menier de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) était bondé de monde lundi, 17 décembre 2018. C’était à l’occasion de la cérémonie d’installation du directeur général (Dg) de cette école d’élite Bertrand Pierre Soumbou Angoula nommé par le président de la République, Paul Biya le vendredi 14 décembre 2018. Pour cette rencontre présidée par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Josdeph Lé, le promu constituait pour la plupart des membres de l’assistance, une réelle curiosité. Lui à qui certains donnaient 26 ans. 29 ans ou 36 ans pour d’autres. En tout cas, dès l’annonce de la nomination de Soumbou Angoula, la toile s’est enflammée.

Nourris sant toutes sortes de fantasmes comme cela est souvent le cas au Cameroun. A l’occasion de son installation lundi, 17 décembre 2018 donc, le Minfopra, Joseph Lé a rendu publics des détails et pas des moindres, sur la vie de la nouveau Dg de l’Enam. D’entrée de jeu, l’on a donc appris que Bertrand Pierre Soumbou Angoula est né le 20 octobre 1986. Il est donc âgé de 32 ans. Avant son éntrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature en 2014, il a été contractuel à la trésorerie de Bamenda. Titulaire d’une maitrise en science économique et de gestion, ce fils de Yezoum du département de la Haute-Sanaga en pleine région du Centre, exerce à sa sortie de l’Enam, à la présidence de la République et à la chambre des comptes de la Cour suprême. C’est de cette administration qu’il a été promu le 14 décembre au poste de directeur général de l’Enam.

A LIRE AUSSI: CAMTEL: voici pourquoi Nkoto Emane a été sauté après 14 ans de service

Bertrand Pierre Soumbou Angoula est magistrat de premier grade et son adjoint Harouna, la quarantaine à peine était jusqu’à sa nomination, chargé d’études assistant au ministère des Marchés publics. Les deux «ont le profil qu’il faut», a souligné le ministre de la Fonction publique au moment de les installer dans leurs fonctions. Et pour relever les défis qu’ils vont affronter dans l’exercice de leurs fonctions, le ministre Joseph Lé dans son discours de circonstance leur a proposé une feuille de route.

«Je vous mets en garde contre toute forme de clientélisme et de trafic d’influence auxquels vous serez probablement exposés. Les Dg de l’Enam sont extrêmement courtisés. Mais sachez résister!», leur a conseillé le Minfopra. «Vous que personne n’attendait, et sur qui personne n’aurait misé, faites de cette virginité un atout et un gage de votre liberté. Votre premier défi est de redorer le blason de cette institution de renom quelque peu terni par des tumultes ces dernières années», a encore exhorté Joseph Lé. Le Minfopra, sans effrayer le directeur général et son adjoint, a présenté les défis et les principaux chantiers qui attendent les deux promus qui manifestement avaient encore la tête à la fête. Un état de grâce qui va rapidement prendre fin. Comme d’ailleurs la polémique née sur l’âge et le parcours du désormais directeur général de l’Enam.