Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 11Article 561737

General News of Friday, 11 December 2020

Source: Cameroon Info

Droits humains: 'Nouveaux Droits de l’Homme' dénonce 36 cas de violations et d’abus en 2020

Les données dévoilées par Nouveaux Droits de l’Homme (NDH), dans un rapport rendu public le jeudi 10 décembre 2020 à Yaoundé, couvrent les trois premiers trimestres de l’année.

Le conflit armé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dure quatre ans déjà et demeure une préoccupation inquiétante pour les organisations non gouvernementales spécialisées dans la défense des Droits de l’Homme. Elles n’ont de cesse de tirer la sonnette d’alarme sur le délitement de la situation, avec les positions qui se sont davantage radicalisées du côté des forces gouvernementales comme des groupes armés séparatistes. Pour autant, l’ONG Nouveaux Droits de l’Homme (NDH), ne se lasse pas de répéter l’alarme sur les cas de violations et abus des droits humains enregistrés dans le cadre de cette crise.

Elle vient, en synergie avec des organisations locales partenaires, de rendre public un nouveau rapport dans lequel il dénonce pour l’année 2020 finissant, 36 cas de violations et d’abus des droits humains. Le document de plus de 80 pages a été dévoilé le jeudi 10 décembre 2020 au cours d’une conférence de presse à Yaoundé. Il couvre essentiellement les trois premiers trimestres de l’année, et ne prend pas en compte les massacres des jeunes écoliers au complexe Mother Francisca International Bilingual Academy de Kumba, survenus le 24 octobre dernier. «Il faut noter d’entrée de jeu que le rapport que nous présentons aujourd’hui (hier) ne s’est pas spécialement penché sur le massacre de Kumba pour plusieurs raisons. D’abord parce que le massacre de Kumba est intervenu après l’édition de ce rapport ; ensuite parce que nous voulons lui consacrer un rapport comme nous l’avons fait pour Ngarbuh», a assuré la directrice exécutive de NDH, Cyrille Rolande Bechon, dans des propos relayés par le quotidien La Nouvelle Expression de ce vendredi 11 décembre 2020.

Des 36 cas de violations et abus imputables à la fois aux forces de défense et de sécurité et aux combattants sécessionnistes, on dénombre, selon le rapport, 2 cas de disparitions forcées, 10 cas d’arrestations illégales et de détentions arbitraires, 5 cas d’exécutions sommaires par l’armée, 19 cas d’enlèvements et assassinats par les combattants séparatistes, 10 cas de destructions de propriétés et biens publics aussi bien par les combattants séparatistes que par l’armée.

En déplorant que le gouvernement demeure dans le déni des cas de violations des droits humains qui lui sont attribué, NDH l’invite une énième fois à «prendre des mesures significatives pour résoudre cette crise. Il doit commencer par reconnaitre et accepter l’ampleur et la gravité du problème, et mener des enquêtes indépendantes et impartiales sur les violations et abus présentés dans ce rapport et ailleurs», prescrit Cyrille Rolande Bechon. NDH appelle par ailleurs les acteurs du conflit à faire preuve de respect de la dignité humaine et à épargner les vies humaines, mais aussi à protéger les travailleurs humanitaires, les agents de santé et les journalistes dans l’exercice de leurs métiers respectifs.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter