Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 01Article 585364

xxxxxxxxxxx of Thursday, 1 April 2021

Source: Le jour

Droits de l'homme: voici la face cachée de la justice camerounaise

Détentions arbitraires, corruption des acteurs de la chaine judicaire, le contrôle du pouvoir exécutif sur le judicaire sont quelques obstacles au centre d’un forum national sur l’accès à la justice pénale au Cameroun.



La justice pénale se distingue de la justice administrative et la justice civile. Elle a ses particularités que c’est la seule qui a la possibilité de porter les plus grosses atteintes aux droits de l’homme et libertés. « On ne peut pas risquer sa vie en dehors d’autre chose que la justice pénale, en plus il y a d’autres choses comme l’honneur, la dignité, la considération, mais aussi la fortune qu’on peut encourir en raison d’un procès pénal. Le procès pénal se déclenche lorsque la société estime que vous avez enfreint une règle et qu’il n’est pas seulement question de vous condamner à une peine de réparation, mais que vous devez subir d’abord avant tout une peine qui peut être la peine de mort ou la peine de prison.

Par conséquent l’Etat a pris un certain nombre de précautions pour éviter les erreurs judicaires. On ne peut pas condamner quelqu’un sans lui accorder un maximum de garantie pour qu’il ait la possibilité de se défendre et on a mis en place un certain nombre de dispositions pour faire en sorte que le procès soit équitable. Mais on s’est rendu compte qu’au Cameroun qu’il se trouve qu’il y a des nombreux obstacles », explique Claude Assira, avocat au barreau du Cameroun. Ce juriste a présenté ce 31 mars à Yaoundé une leçon inaugurale avec pour thème principal : l’encadrement juridique de la procédure pénale à l’épreuve de la justice et des droits de l’homme.

C’était à l’occasion de la tenue à Yaoundé du forum national de dialogue sur la justice pénale au Cameroun. L’accès des avocats à leurs clients, la violation récurrente des droits de la défense, l’exigence abusive des frais de justice, les détentions illégales dans les commissariats et gendarmerie, la corruption de certains acteurs judicaires et la collusion entre les acteurs du pouvoir exécutif et ceux du pouvoir judicaire sont quelques obstacles à la justice pénale. A cause de ses dysfonctionnements que l’on observe dans le milieu judiciaire au Cameroun, les tensions entrent Ordre des avocats au Barreau du Cameroun et les autorités judiciaires ont été observées ces deux dernières années avec notamment les grèves des avocats qui dénoncent parfois plusieurs violations des droits à la défense de leurs client. Par exemple, ces avocats se plaignent du fait qu’ils n’arrivent pas à rencontrer leurs clients pourtant détenus dans les cellules malgré le fait que le code de procédure pénal garantie l’accès des avocats à leurs clients placés en garde à vue.

Les acteurs de la société civile représentant des organisations de défense des droits de l’homme, des magistrats, des avocats, des policiers des gendarmes et ceux de l’administration pénitentiaire au Cameroun se sont réunis ce 31 mars 2021 à Yaoundé pour réfléchir sur les problèmes qui plombent l’accès à la justice pénale au Cameroun. Ces assises organisées par l’Ong Nouveaux droits de l’homme (Ndh). Ce forum s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme d’amélioration de l’accès à la justice pénale au Cameroun (Paajp).

Cette initiative se veut un cadre permanent de dialogue entre les différents acteurs du système judicaire dont l’objectif vise à améliorer et à garantir le respect des droits des citoyens à la justice pénale. « Les résultats attendus lors de ce forum visent à ce que les acteurs de la chaine judicaire se réunissent et se parlent, qu’ils mettent en place les mécanismes de la circulation de l’information, et qu’ils proposent les solutions visant à améliorer l’accès des citoyens à la justice pénale », soutient Cyrille Rolande Bechon, directrice exécutive de Nouveaux droits de l’homme (Ndh).

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter