Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 16Article 573607

General News of Tuesday, 16 February 2021

Source: Actu Cameroun

Douanes-Nexus+ : 70 jeunes Camerounais jetés dans la rue

Ils travaillaient depuis plus de 12 ans dans le Contrat Nexus+ Douanes et viennent de voir leurs contrats purement et simplement résiliés, sans espoir de rentrer dans leurs droits tel que stipule la législation du travail.

Au lendemain du discours du chef de l’Etat du 10 février dernier, qui fait la part belle à son nouveau programme économique, avec en prime, la création de 500 mille emplois, des jeunes Camerounais viennent de voir leur vie brisée. Recrutés dans le cadre des réformes douanières à l’époque où l’actuel ministre des Postes et Télécommunications Minette Libom Li Likeng, était Dg des douanes, ceux-ci se sont mis à l’œuvre avec dévouement dans l’atteinte des objectifs toujours croissants à eux assignés par leur hiérarchie.

Ce qui leur a valu chaque année dans le cadre des Journées internationales des douanes(Jid), qui des notes de félicitations, à d’autres des lettres d’encouragement pour des objectifs régulièrement atteints à la grande satisfaction du ministre des Finances et du Directeur général des douanes. Tout se passait alors bien jusqu’en 2013. La direction générale des douanes les a mis sous la coupe d’un prestataire de service du nom d’Emploi Service qui leur a fait signer îles contrats.

En effet, l’ancien Directeur général des douanes qui avait eu l’ingénieuse idée de créer Nexus+ leur avait fait comprendre que cette application futuriste n’était pas encore stable. 11 était par conséquent difficile de garantir leurs emplois. Mais, lorsqu’elle le sera, ils seront tous contractualisés.

En rappel, le système informatique Nexus+ sert de suivi par géolocalisation des marchandises en transit. Ce système a été développé par des informaticiens Camerounais dans le but de lutter contre les fraudes douanières, réduire la pauvreté, optimiser et de sécuriser les recettes du pays. Avant cette trouvaille dite révolutionnaire qui permet aujourd’hui à la douane de vérifier l’effectivité de sortie du territoire camerounais d’une marchandise déclarée en transit, les pertes de recettes étaient très importantes.

Les statistiques officielles faisaient alors état de plus de 100 milliards de Fcfa de perte chaque année pour le Cameroun. Pertes causées par la tricherie des importateurs, la plupart du temps aidés en cela par des brebis galeuses dans le secteur douanier. Beaucoup parmi ces importateurs réussissaient le pari de faire entrer leurs produits sur le territoire camerounais sans avoir payé les droits de douane. Les choses en sont autres aujourd’hui.

Seulement, la nomination d’un nouveau directeur général à la tête de la douane en la personne de Fongod N u-vaga Edwin est venue tout bouleverser. En réalité, Nexus+ n’était officieusement qu’une structure de prévarication mise sur pied par l’actuel ministre des-Postes et Télécommunications et ses proches pour essorer une partie des ressources générées par le secteur douanier. Des sources, le nouveau directeur général a eu maille à partir avec les réseaux laissés par son prédécesseur et ne voyait que des ténèbres quant à la direction effective prise par les recettes produites par cette application.


Pomme de discorde

Depuis plus de Q3 ans, le personnel Nexus +, toujours sous le couvert d’Emploi service, mais chapeauté par la direction des douanes cumule plusieurs années d’arriérés de salaire, malgré des rendements éloquents visibles et palpables. La raison ? Les factures d’Emploi service ont été bloquées par certains cadres de la Direction générale des douanes qui, sous cape dénonçaient à hue et à dia la prévarication des fonds Nexus+. Ils auraient découvert des sous contrats par si, des rétro-commissions par la, sans oublier les personnes décédées ou ceux étant parti chercher fortune ailleurs qui continuaient à émarger miraculeusement dans ces fonds.

Se sentant abandonnés à eux-mêmes ces dernières années parce que sans salaires, tirant pratiquement le diable par la queue au vue des multiples charges qui sont les leurs, ces agents ont saisi lé ministre des Finances Louis Paul Motaze ainsi que le Directeur général des douanes Fongod Edwin par une correspondance au vitriol pour, non seulement réclamer leurs salaires, mais surtout dénoncer les cabinets occultes qui ont fait main basse sur lesdits salaires, compromettant de ce fait leur avenir.

Dans cette correspondance, ils réclamaient aussi la contractualisation à ,eux promise afin d’éviter, non seulement des dépenses onéreuse à l’Etat en cas d’arrêt de travail, mais aussi, la consolidation des emplois pour des gens qui n’ont plus l’âge de se présenter à des concours officiels. Il faut noter ici que Nexus+ génère lui-même ses propres ressources pouvant assurer les salaires de ses agents, l’entretien et l’achat du matériel. Les recettes douanières ne sont en rien mises en cause ici.

La découverte de ces cabinets occultes a eu pour conséquence directe l’arrêt du paiement des factures du prestataire de service qui, bien entendu ne pouvait plus assurer les salaires de ses protégés. Pour avoir osé revendiquer leur dû, près de-70 personnes se retrouvent dans la rue sans espoir de pouvoir tout au moins rentrer en possession de leurs droits telle que stipule la législation du travail. Affaire à suivre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter