Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 20Article 568148

Crime & Punishment of Wednesday, 20 January 2021

Source: abk radio

Douala: un journaliste dépouillé dans un taxi [RECIT]

" Sorti de l’agence CCA de Bonanjo où en compagnie de mon épouse, nous avons fait le retrait d'une somme de 1.500 000 F, je me rends seul à pied à l’agence Ecobank situé dans le même quartier. J’y fais fait un dépôt de 525000 F dans un compte. Je dispatche le reste, soit 950.000F dans la poche de la culotte que j’abhorrais et le reste, soit 25.000F dans une poche de ma chemise.

Sorti de la banque, alors que j’avais à peine traversé l’immeuble Bull et précisément devant l’hôtel Lumière, un taxi ayant à son bord trois personnes à l’arrière, dont une dame au milieu klaxonne et demande ma destination. Sans me douter de rien, je monte dans le taxi. Moins de 200 mètres plus loin, avant l’ancien DHL, un autre passager monte et me « bâche ». Commence alors un stratagème qui va m’embrouiller et à chaque fois, m’emmener à lever ma main gauche de ma poche que je prenais bien la peine de protéger.

Le siège avant va lâcher tout à coup et aller coincer les passagers assis sur la banquette arrière. A chaque fois et trois fois de suite, les passagers et surtout la femme lancent un cri strident m’obligeant avec leur complice assis à l’avant de nous lever pour ramener le siège à sa place initiale. Et le chauffeur, va insister à chaque occasion que je me positionne mieux pour que le problème soit résolu.

J’ai flairé un moment la supercherie, renvoyé la main dans ma poche et constaté que mon argent était encore en place. A un moment, le chauffeur me propose de changer de place, avec mon voisin direct, qui selon lui a les jambes moins longues que les miennes. J’obtempère, mais refuse de céder à sa deuxième proposition qui était que j’emprunte un autre taxi. Au niveau du carrefour TIF, le siège avant lâche une fois de plus et j’accepte alors de descendre pour emprunter un autre taxi, mais après avoir pris le soin de vérifier que l’argent était encore dans ma poche. Je vais alors constater une fois à la maison que mon ballot d’argent avait maigri. 4 petits paquets de 100 000 F chacun avaient disparu. C’est alors que j’ai compris que j’avais été plumé comme un véritable salopard et idiot. Je n’ai jamais été aussi bête et con.

Je ne crois pas qu’un autre camerounais aurait été aussi con. Je m’en veux et ne pense qu’à me venger. Je vais multiplier les passages dans les banques et à chaque sortie, jouer les idiots pour ces voleurs aux taxis jaunes. Malheur à celui qui tentera de recommencer. Je vous garantis que je commettrai ce jour-là mon premier meurtre et de sang-froid.'
'
Charles Cacharel NGAH NFORGANG

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter