Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 23Article 563954

General News of Wednesday, 23 December 2020

Source: Actu Cameroun

Douala : il tente d'avoir des rapport sexuel avec un garçon dans un collège

L’inculpé est actuellement en détention au de provisoire au poste de police de Molyko Buéa, région du Sud-ouest.
Un homme de 52 ans est placé en détention provisoire au poste de police de Molyko Buéa. Il est accusé d’homosexualité et de sodomie. Le mis en cause a été arrêtée hier soir à Molyko, alors qu’il tentait d’avoir des relations sexuelles anales avec un garçon de 18 ans, rapporte Radio Balafon. Cette chaine de radio émettant depuis Douala n’a pas dévoilé l’identité de l’accusé encore moins celle de la victime.

Des faits de cette nature prennent de l’ampleur dans plusieurs localités du territoire national ces dernières semaines. Le 4 décembre dernier par exemple, la même source annonçait sans plus de détails, qu’une élève en classe de 5eme avait été « violée par voie anale. La scène se passe dans un collège non loin du lieudit Nyalla château ici à Douala. Le mis en cause a été interpellé et actuellement gardé à vue».

Le 24 novembre 2020, le préfet de Bafia, une ville située département du Mbam et Inoubou, saisissait tous les délégués départementaux des Enseignements secondaires et de l’Education de base. Monono Absalom Woloa se disait inquiet des «multiples dénonciations de cas de pratique d’homosexualité enregistrées ces dernières semaines dans la ville de Bafia, et certaines révélations allant la même veine recueillies de sources dignes d’intérêt».



Personne suspectée de pratique d’homosexualité
L’autorité administrative appelait «à la sensibilisation des enseignants et des élèves, et dénonciation de toute personne suspectée de pratique d’homosexualité dans les campus scolaires».

Aussi, demandait-elle à tous les chefs d’établissements scolaires de «sensibiliser» les enseignants et les élèves contre ce qu’il qualifie de «pratiques déviantes», en même temps qu’elle appelait à dénoncer «toute personne suspectée desdites pratiques occultes».

Précisions que le Code pénal camerounais N°2016/007 du 12 juillet 2016 ne quotidienne pas l’homosexualité. L’article 296 portant sur le viol rappelle qu’« est puni d’un emprisonnement de cinq (05) a dix (10) ans, celui qui, à l’aide de violences physiques ou morales, contraint une personne, même pubère, à avoir avec lui des relations sexuelles »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter