Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 09Article 587743

General News of Friday, 9 April 2021

Source: Le Messager

Douala 3 : la gouvernance locale à la portée des jeunes

Le sujet était au centre des Journées d’échanges citoyens organisées par l’Ong « Un monde avenir » dans l’arrondissement de Douala 3. Les jeunes s’ils sont intellectuellement aguerris et vigilants, peuvent bien s’impliquer voire même s’approprier les programmes de développement disponibles dans les collectivités territorialisées décentralisées que sont les mairies. C’est du moins le sentiment que l’on a lorsqu’on assiste aux journées d’échanges citoyens qu’organise l’Ong Un Monde Avenir : ces rencontres trimestrielles ou semestrielles qui se font entre les maires et les jeunes de la commune, dans le but d’évaluer le degré d’implication des jeunes dans les projets de développement qu’organisent les mairies de leurs arrondissements respectifs.

Ce 7 avril 2021 à la salle des banquets de la Mairie de Douala 3ème, on en était à la première séance de l’année, plusieurs autres séances pouvant se tenir au cours de l’année 2021 comme l’ déclaré David Moukoudi de l’Ong Un Monde Avenir. Le maire Valentin Epoupa Bossamba a bel et bien répondu présent l’appel des jeunes. Il a d’ailleurs consacré du temps à leur parler des projets de la Mairie, répondant aux questions et expliquant un certain nombre de choses qui nécessite la compréhension des jeunes, ces jeunes gens qui pour la plupart sont des étudiants ou membres des associations gravitants autour des activités de la mairie. Prenant la parole pour présenter le bien fondé du « Programme d’Encadrement des Jeunes à la Démocratie » en abrégé PEJED, projet pensé par Un Monde Avenir et financé par des partenaires internationaux, le Coordonnateur national Philippe Nanga a commencé par évoquer la convention qui fonde le principe de participation des jeunes à la gouvernance locale, en l’occurrence la Charte Africaine de la Jeunesse.

Ladite convention dûment ratifiée par le Cameroun dispose en son Article 11, qui dispose que « Les Etats parties doivent garantir l’accès des jeunes au Parlement et à tous les autres niveaux de prise de décisions ». La même convention dispose par ailleurs que les Etats parties se doivent de « faciliter la création des plateformes pour la participation des jeunes à la prise de décisions au niveau local, national et régional ».

Après le mot de bienvenue du Maire, le secrétaire exécutif de Un Monde Avenir, David Moukoudi a présenté devant un parterre de leaders associatifs et d’étudiants les enquêtes menées par la cellule de veille qui est une sorte de secrétariat mobile détachée par l’Ong auprès de la Mairie afin de toucher du doigt les projets en cours au sein de ladite mairie ; cette cellule de veille qui est également chargée de voir comment sont exécuté les projets financés par le budget d’investissement public. Cette cellule de veille va sur le terrain, auprès des structures et services de la mairie, recueillent et traite les informations mises à disposition, afin d’en dresser un rapport exploitable et par la mairie elle-même ou par les jeunes.

Il en ressort que sur 15 projets identifiés, seul 4 ont été exécutés ; des chiffres qui ont été corrigés par le Mairie, qui a suggéré au tenants de la cellule de veille de bien vouloir actualiser les informations en leur disposition. Valentin Epoupa Bossambo a pris le temps d’étaler tous les programmes concernant les jeunes : 110 jeunes ont été recrutés et former pour être intégrés au sein de la police municipale ; 105 jeunes formés à la fabrication des pavés ; 46 jeunes formés à la collecte et au recyclage des déchets plastiques ; des bourses aux étudiants issus des familles défavorisées ; le paquet minimum aux enseignants ; un fan zone a été construit sans l’apport du ministère des sports ; de même, le maire envisage un projet à long terme concernant l’habitat social. Malheureusement, précise le Maire, tous les projets prévus en 2020 n’ont pu être réalisés en raison de la non atteinte des ressources escomptés. La mairie avait prévu un budget de 3 milliards et demi ; elle n’a pu recouvrer que 2 milliards et demi. La représentante du délégué départemental du Minepat pour le Wouri, Madame Nzié, chef du bureau de la planification a également déroulé les programmes auxquels des personnes nécessiteuses organisées en Gic ou en association peuvent bénéficier. Ces personnes nécessiteuses qui sont des handicapés, les jeunes issus des familles démunies, les femmes.Pour finir, les désidératas des jeunes ont trait à l’accessibilité du Maire et de ses services spécialisés, la nécessité d’une bibliothèque au sein de la mairie, l’accessibilité aux informations sur les projets en cours, la mise en place d’une cartographie de la mairie, un centre d’apprentissage des langues et des Tic, entre autres.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter