Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 08Article 587419

General News of Thursday, 8 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Docteur Jean Jacques Honoré NSOH veut apprendre aux Camerounais à faire la politique

Selon lui, depuis les années 1963 date de son entrée aux affaires, Paul Biya n’a jamais fait la politique.

Au Cameroun mon beau pays, on ne fait pas encore la politique.
Notre pays est à l'image du président Paul Biya qui n'a jamais fait la politique. Il était un fonctionnaire auprès du président Ahidjo tout comme Albert Bernard Bongo l'était auprès du président Leon Mba.

De 1963 À 1982 comme certains le savent le président Paul BIYA n'a jamais défendu une casquette Politique. Il ne sait pas ce que veut dire chercher une casquette de :
Conseiller municipal
Conseiller régional
Député
Sénateur
D'ailleurs comme le dit souvent un professeur agrégé d'histoire de notre pays je cite " l'histoire est écrite ".
Est-ce que l'histoire peut nous dire le poste qu'occupait le président PAUL BIYA au sein de l'Union Nationale Camerounaise (UNC) le 1er Novembre 1982 ?
C'est la même situation qui continue depuis 1982, les hommes qui entourent le président de la république sont plus connus au sein de la rose croix, la franc-maçonnerie que dans leurs communautés d'origine.

Un fonctionnaire commence sa carrière tout en sachant qu'il est apolitique bien que participant aux campagnes lors des municipales, législatives et présidentielle et en fonction de son implication il reçoit un poste dans la haute administration.

Nous sommes donc dans un régime politique de type présidentiel et traditionnel très fort où le président de la république avec sa déconcentration que sont les chefs de missions diplomatiques, gouverneurs, préfets et sous-préfets appuyés par les services de maintien de l'ordre soient la police, la gendarmerie et un corps d'élite de l'armée qui sème la panique soit la brigade d'intervention rapide ( BIR).

Notre pays depuis 1955 est en proie à des violences Socio politiques oui c'est normal qu'il soit sécurisé.
Mais à un moment donné, on dirait que les Camerounais eux-mêmes participent à l'instauration d'un tel climat pour justifier la présence sur le terrain des éléments de maintien de l'ordre.

Aujourd'hui,
Nous allons donc commencer à faire la politique.
Merci au président Paul BIYA d'avoir structuré le Cameroun pour qu'il ressemble à une république quand c'est bon reconnaissons-le aussi.
Nous avons déjà tout ce qu'il nous faut comme institutions.
Peut-être ce sont les autorités administratives indépendantes qui nous manquent mais nous les construirons dans un avenir proche.

Il nous faut donc avancer.
Pour avancer il faudrait qu'on sorte dans nos têtes ce que le président Paul BIYA et MONGO BETI disaient que la France avait colonisé le Cameroun.
Non nous n'avions jamais été une colonie de la France, si nous le comprenons très bien nous avancerons.
Le Cameroun était pourtant neutre mais cela ne veut pas dire qu'il ne pouvait pas appartenir aux grands groupes culturels du Commonwealth et de la francophonie.

Neutre veut dire que nos lois et règlements, nos choix des personnes qui nous gouvernent, nos corps d'armée, nos collaborateurs économiques, notre monnaie, etc ne doivent pas montrer des signes de dépendance.

Alors dès ce 08 Avril, notre Jeunesse avec laquelle nous voulions franchir le cap de 2035 doit subir une cure de désamorçage de L'ABRUTISSEMENT.

Nous n'allons pas tout jeter dans ce champ, il y a quelques-uns qui sont encore utiles et parmi eux JOSEPH DION NGUTE pour nous faire découvrir un autre monde, pour que nous sachions si oui ou non l'attachement aux valeurs francophones étaient bon ou mauvais.

Les partis politiques vont aider à concevoir un climat politique saint.
Si les pharmaciens mangent de leur pharmacie, les avocats de leur défense, les architectes de leur architecture, les médecins d leur médecine, etc, pourquoi arrivé en politique les politiciens ne mangeraient pas de leur Politique ?

Avec 300 et plus de partis politiques, un bon quota pour avoir une construction d'un paysage politique moderne.
La constitution, le code électoral, et autre doivent être le fruit de leur travail.
C'est ainsi que celui qui attirera le maximum de Camerounais sera le parti au pouvoir et que le second soit le chef de file de l'opposition avec voix de consultation comme dans les autres démocraties.
Pour y parvenir un seul nom en 2025 chief Joseph Dion Ngute.

Oui c'est dans ce cas que je reviens au Cameroun pour quelque chose d'important pas pour courir derrière les rats palmistes que nous faisons sortir des trous avec la fumée.
Depuis le sommet des Alpes, votre Dr. Jean Jacques Honoré NSOH.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter