Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 06 11Article 601783

Actualités de

Source: L’EconomiE Target N°005

Dissensions dans la famille d’André Sohaing malgré la désignation d’un héritier

André Sohaing fait partie des entrepreneurs qui incarnent 'le rêve américain' André Sohaing fait partie des entrepreneurs qui incarnent 'le rêve américain'

« De son vivant en 2005, André Sohaing désigne Olivier Sohaing Tayou comme gérant de ses sociétés. Mais malheureusement, à peine le promoteur de l’hôtel Akwa Palace de Douala a fermé les yeux que ses ayant-droits ont pris la direction des tribunaux ».

Originaire de Bayangam dans l’Ouest du pays né en 1933, André Sohaing fait partie des entrepreneurs qui incarnent « le rêve américain ». En effet, c’est à l’âge de 17 ans qu’il quitte son village natal pour se rendre dans la ville de Douala, région du Littoral pour chercher for- tune. Nous sommes alors dans les années 1950.

A cette époque, le commerce au Cameroun est entièrement contrôlé par les Grecs et le jeune natif de l’Ouest est entièrement fasciné par ces derniers. Il décide de se lancer dans ce domaine qu’il découvre petit à petit. Pendant plus de 16 ans, André Sohaing va faire du commerce au Bessengue, un quartier populaire de la ville de Douala.

Peu à peu, il se lance dans des projets immobiliers. En 1977, il reprend l’hôtel Akwa Palace, situé au quartier des affaires dans la capitale économique du pays. Actionnaire de plusieurs entreprises, au début des an- nées 1980, il est cité parmi les plus grandes fortunes au Cameroun. La fortune de son empire familiale s’élèverait à 240 millions de dollars, soit 145 mil- liards FCFA et fut classé en 2019 selon Forbes Afrique parmi les plus grandes fortunes du Cameroun.

Reconnu pour son professionnalisme et sa volonté de faire évoluer l’hôtellerie camerounaise, André Sohaing a œuvré pour que les gestionnaires hôteliers camerounais s’alignent aux standards internationaux. Comme philanthrope, le natif de l’Ouest Cameroun est à l’origine de plusieurs structures d’œuvres de charité, notamment « Enfance Joyeuse » qui a apporté du sourire aux démunis à travers le pays. André Sohaing pour l'ensemble de ses œuvres est considéré comme un grand bâtisseur et restera sans aucun doute dans la mémoire des camerounais comme un entrepreneur courageux et audacieux qui s'est battu durant sa vie pour atteindre les sommets.

Très engagé dans le champ politique, André Sohaing a occupé de hautes fonctions au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), parti au pouvoir. Membre titulaire du Comité central du Rdpc, l’homme d’affaires sera élu député à Douala en 1992 et ensuite maire de Bayangam dès 1996, jusqu’à sa mort en juillet 2015.

Olivier Sohaing tient malgré tout

De son vivant en 2005, André Sohaing désigne Olivier Sohaing Tayou comme gérant de ses sociétés. Mais malheureusement, à peine le promoteur de l’hôtel Akwa Palace de Douala a fermé les yeux que ses ayant-droits ont pris la direction des tribunaux où ils se livrent une guerre des tranchées pour le contrôle du patrimoine familial.

En désignant 10 ans avant son décès un successeur, le père Sohaing croyait pouvoir anticiper sur d’éventuels turbulences entre ses ayant-droits au sujet de la gestion de son patrimoine successoral. Dans un premier temps, le successeur avait été adoubé par ses frères. « Il y en a qui sont favorables à la désignation d’un administrateur provisoire, et d’autres qui plaident pour un collège d’administrateurs » renseigne le journal d’enquêtes Kalara.

Après plusieurs batailles devant les tribunaux, le 26 mars 2018, un jugement intermédiaire sera rendu en faveur d’Olivier Sohaing Tayou, en attendant de connaitre du fond du litige. Diplômé de la chambre de commerce de Londres et de Madrid, c’est le nouvel homme fort du groupe Sohaing. « Les loyers générés par les différents immeubles appartenant au défunt Sohaing ainsi que les autres revenus et actions de ses sociétés sont âprement discutés par les cohéritiers et ayants droit présomptifs de ce dernier, outre la mésintelligence avérée entre ceux-ci sur la gestion du patrimoine successoral par le sieur Sohaing Tayou Olivier » explique le journal.

Le président du TPI de Douala se servant de cet argument, et ignorant le verdict du TGI qui avait déjà tranché sur cette question, va convoquer une dis- position du code civil camerounais qui dispose que « la justice peut ordonner le séquestre d’un immeuble ou d’une chose mobilière dont la propriété ou la possession est litigieuse entre deux ou plusieurs per- sonnes », pour désigner le 3 juin 2019 des administrateurs séquestres étrangers à la fa- mille.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter