Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 24Article 536974

General News of Monday, 24 August 2020

Source: afrik-inform.com

Diplomatie: Maurice Kamto accuse le Gabon de torturer ses militants

L’opposant camerounais, Maurice Kamto a adressé vendredi une lettre à l’ambassadeur du Gabon au Cameroun pour dénoncer le harcèlement, l’incarcération, la torture physique et morale de ses militants au Gabon avec la complicité de l’ambassadrice du Cameroun basée à Libreville, Edith Félicité Noëlle Adoua Ateba, née Ngaeto Zam.

Selon la lettre en notre possession, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) affirme que ses militants au Gabon sont victimes de harcèlement politique, d’arrestations arbitraires, de tortures physiques et psychologiques par les autorités policières gabonaises.

Le cas à l’origine de la missive de Kamto à l’ambassadeur du Gabon au Cameroun est celui de Serge Sihomnou, le Secrétaire fédéral départemental du MRC au Gabon.

Le leader de l’opposition camerounaise affirme que Serge Sihomnou est actuellement incarcéré dans les locaux de la contre ingérence gabonaise plus connue localement sous l’appellation B2.

Selon la rédaction de Gabonactu.com, ce media local a tenté d’obtenir la confirmation des officiels gabonais sur ce sujet mais sans succès.

Les milieux camerounais confirment cette interpellation. Un militant proche du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti du Président Paul Biya confirme que Serge Sihomnou a bel et bien été interpellé. L’actuelle interpellation serait d’ailleurs la seconde pour lui. Il serait soupçonné de mener illégalement des actions contraires aux lois et règlements en vigueur au Gabon.

Dans sa lettre, Maurice Kamto soutient plutôt que l’ambassadrice du Cameroun au Gabon aurait décidé de punir ses compatriotes du MRC basés à Libreville suite à la victoire « présumée » de Maurice Kamto au Gabon lors de l’élection présidentielle camerounaise de mars 2018.

Le chef de l’opposition camerounaise, qui revendique toujours sa victoire sur Paul Biya en mars 2018, demande au Gabon de « garantir (…) la sécurité des camerounais et notamment des militants du MRC vivant au Gabon ».

Le Gabon accueille une très forte communauté camerounaise enracinée dans le petit et le grand business. Parlant souvent les mêmes langues avec les populations locales, les camerounais n’ont pas de réels problèmes d’intégration au Gabon.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter