Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 25Article 615565

Actualités of Wednesday, 25 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Deux habitants de Bamenda abattus par les séparatistes ont été inhumés

Ils ont été abattus dans la nuit du 7 août 2021 dans un bar de la rue A2 de Bamenda. Ils ont été abattus dans la nuit du 7 août 2021 dans un bar de la rue A2 de Bamenda.

Il s’agit d’Odette, originaire du village de Mejung dans le département de Boyo

Et du président de la jeunesse de Mejung à Bamenda

Ils ont été abattus dans la nuit du 7 août 2021 dans un bar de la rue A2 de Bamenda

Les inhumations ont eu lieu samedi 20 août 2021 dans le village de Mejung après les levées de corps à la morgue de Bamenda. « Odette, originaire du village de Mejung dans le département de Boyo, et le président de la jeunesse de Mejung à Bamenda ont tous été enterrés. Les deux ont été abattus par des hommes armés dans la nuit du 7 août 2021 dans un bar de la rue A2 de Bamenda. Cette nuit fatidique, des hommes armés à bord d'une moto ont pris d'assaut un bar, emmené le propriétaire qui est l'époux d'Odette. Son frère et sa femme qui ont tenté d’intervenir ont tous été abattus », raconte un homme qui a assisté à la scène.

Pendant les funérailles, des rites traditionnels ont été accomplis et une malédiction a été infligée aux responsables de ce meurtre. Selon des sources, l’un des hommes armés qui a tué Odette était originaire de Mejung. Il aurait selon plusieurs sources également été tué mercredi 17 août à Nforya Bafut, lorsque les forces de l’ordre ont pris d'assaut leur camp et tué cinq séparatistes spécialisés dans l'enlèvement de personnes dans la ville de Bamenda. Odette était enceinte de cinq mois, elle s’en va laissant plusieurs enfants.

Vivre dans la peur

Quatre ans que la ville de Bamenda est plongée dans une spirale de violence. Tout avait commencé fin 2016, début 2017 avec des revendications de la minorité anglophone se sentant marginalisée par le pouvoir central. Ensuite, un mouvement de revendication indépendantiste s'est peu à peu transformé en véritable guerre armée.
A l'époque, en 2016, le pouvoir réprimait dans le sang des manifestations pacifiques dénonçant la marginalisation de la minorité anglophone. Depuis, des groupes armés de résistance se sont formés et la situation est hors de contrôle.

Rejoignez notre newsletter!