Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 20Article 609064

Actualités of Tuesday, 20 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Deux Camerounais et un Togolais enlevés au Mali par des hommes armés

5 personnes dont deux Maliens étaient à bord de deux véhicules 5 personnes dont deux Maliens étaient à bord de deux véhicules

Les victimes sortaient du Niger au moment de leur enlèvement.

L’annonce a été faite par la gendarmerie malienne à Ansongo, sur les ondes de radios locales privées, dont la Radio Koukia d'Ansongo.

5 personnes dont deux Maliens étaient à bord de deux véhicules au moment du rapt.

Selon l'agence de presse turque Anodulu, un enlèvement a été signalé en fin de semaine dernière dans la localité de Bentia . 2 camerounais et un togolais ont été enlevés par des hommes armés non identifiés.
«Deux Camerounais et un Togolais en provenance du Niger ont été enlevés par des hommes armés, à Bentia au Nord du Mali, a annoncé la gendarmerie malienne à Ansongo, dimanche.La gendarmerie s'exprimait sur les ondes de radios locales privées, dont la Radio Koukia d'Ansongo (communautaire).Elle a souligné que 5 personnes dont deux Maliens étaient à bord de deux véhicules au moment du rapt. Le commandant de brigade de la gendarmerie, l'adjudant-chef Djibril Keita précise que les deux Maliens ont été libérés et les assaillants se sont enfuis avec les trois otages étrangers. », Indiquent plusieurs sources.

Pour l'heure les autorités camerounaises ni les togolaises n’ont communiqués sur ces enlèvements. Les familles des victimes se disent inquiets pour les membres de leurs familles.

Situation

Depuis plus de 8 ans, le Nord du Mali est une région ravagée par la guerre. Même si ces dernières années, cette partie du pays n'est plus totalement entre les mains d'une coalition de jihadistes grâce à l'action combinée de l'armée malienne et de ses alliés africains et occidentaux, elle n'en demeure pas moins dangereuse. En effet, comme on pouvait le lire dans un article paru chez nos confrères de Le Monde, en mai 2021, le gouvernement malien ne contrôle qu'une insignifiante partie du septentrion. Ce qui laisse le soin à certains groupes djihadistes restés dans la zone, d'imposer leur loi. Il ne se passe pas un mois sans que l'on ne signale la disparition ou le kidnapping de ressortissants étrangers ou que l'on ne détaille dans la presse, les supplices que font subir les terroristes aux populations au nom de la loi islamique.

«Ces actes révèlent une montée en puissance du groupe. C’est un signal envoyé par les terroristes pour montrer qu’ils ne font plus seulement la guerre : ils gouvernent la zone et sont capables d’administrer une certaine justice, en comblant le vide laissé par l’Etat depuis des années. Peut-être se considèrent-ils dans une situation pré califale », révélaient une chercheuse au Sahel interrogée par nos confrères.

Rejoignez notre newsletter!