Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 15Article 505522

General News of Wednesday, 15 April 2020

Source: Actu Cameroun

Des raisons de craindre un complot et un plan machiavélique contre Kamto

L’enquête ordonnée par le ministre de l’Administration territoriale au sujet de l’opération « Survie Cameroon- Survival Initiative » est un nouveau épisode dans la relation compliquée entre le pouvoir et Maurice Kamto. En effet, si on fait bien les comptes, ça fait deux enquêtes autour de Maurice Kamto à un mois d’intervalle !


Cette enquête est en effet la deuxième diligentée en un mois contre le président du Mrc. Avant, il y avait celle relative à l’affaire de la tentative d’assassinat.


Requête de Paul Atanga Nji

Dans une correspondance, le ministre de l’Administration territoriale a ainsi saisi le ministre des Finances. Paul Atanga Nji sollicite une enquête de l’Agence Nationale d’investigation Financière (ANIF) sur « Survie Cameroon- Survival Initiative ». Il s’agit de l’initiative de Maurice Kamto pour faire face à l’épidémie de Covid-19.



« Je vous saurai gré de bien vouloir solliciter auprès des responsables de l’Agence Nationale d’investigation Financière (ANIF), dont la mission en entre autres, de lutter contre le blanchiment d’argent, l’ouverture d’une enquête sur les activités de « Survie Cameroon- Survival Initiative, a demandé le Minat avant d’ ajouter, et au besoin, de geler au préalable les fonds déjà collectés, sans préjudice des poursuites judiciaires à l’encontre de toutes les personnes à l’origine des activités financières obscures de ladite association », a écrit Paul Atanga Nji.

Blanchiment d’argent

Les résultats de l’enquête demandée par Paul Atanga Nji pourraient aboutir à des poursuites contre les responsables du Mrc. En effet, dans sa lettre Paul Atanga Nji évoquait le « blanchiment d’argent ».


La tentative d’assassinat

Cette enquête est la deuxième après celle de la tentative d’assassinat du président du Mrc. En effet, le 13 mars dernier, un gendarme a été interpellé par les éléments de la garde rapprochée de Maurice Kamto à Garoua. On a reproché au gendarme d’avoir voulu attenter à la vie du président du Mrc.


Mission de renseignement classique

La gendarmerie nationale et le gouvernement du Cameroun avaient cependant démenti cette version. Le ministre René Emmanuel Sadi évoquait en fait une mission classique de renseignement. Par ailleurs, il indiquait que le « sous officier de la gendarmerie a été violemment molesté par des partisans du Mrc ».


Enquête

Et pour faire la lumière autour de cette rocambolesque affaire, une enquête est aujourd’hui en cours. Le Secrétaire d’Etat à la Défense (SED) avait chargé la gendarmerie de la mener. Mais pour les avocats du Mrc, la gendarmerie ne devait pas conduire les investigations. Ils avaient demandé la désignation d’une « unité d’enquêtes située en dehors du ressort territorial du commandement militaire de la région du Nord ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter