Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 20Article 581521

Actualités of Saturday, 20 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Des individus sèment la terreur à Kribi pour un problème foncier

les autorités interpellées les autorités interpellées

Le nommé Tantchou Pierre Orly et ses hommes ont commis des actes de vandalisme dans la nuit du 12 au 13 mars 2021 au lieu-dit Ebomè dans l’arrondissement de Kribi 1er.

Le nommé Tantchou Pierre Orly et ses hommes courent encore malgré la gravité des faits. C’est à se demander si le système judiciaire et administratif fonctionne normalement à Kribi. Car malgré les plaintes de la communauté Ebomè, représentée par Sa Majesté Mouri Ngouo Thomas, les auteurs supposés des actes de vandalisme du 12 au 13 mars 2021 n’ont jamais été inquiétés.

Les faits

Le procès-verbal de constat d’hussier signé le 13 mars 2021, par Me Nlend Philippe Abel, huissier de justice près la Cour d’appel du Sud et les Tribunaux de Kribi, renseigne que Tantchou Pierre et ses hommes ont détérioré dans la nuit du 12 au 13 mars dernier, vers 1h du matin, la clôture en construction de l’hôtel Tara plage. En y pénétrant par effraction, dans des conditions susceptibles de troubler l’ordre publique. Tenant ainsi à respect les vigiles de cet établissement hôtelier. Alors même que des clients et touristes étrangers y résidaient. Il s’agit en effet d’un groupe de gangsters (gros bras), gracieusement payé depuis Yaoundé, soutient le constat d’huissier, sous les commandes de Tantchou pierre, pour semer la terreur et mettre à sac la collectivité Ebomè. Et pourtant, l’hôtel Tara plage, installé sur 4 875 m² au lieu-dit Ebomè à Kribi, représenté par son promoteur, SM Mouri Ngouo Thomas, est régulièrement détenteur sur cet espace du titre foncier 5310/Océan du 9 janvier 2012.

Et dans cette bande de six costauds, qui a refusé de se faire identifier par les forces de police, lors d’une intervention, en opposant une résistance farouche aux forces de l’ordre, un certain Tchakounté, assisté de Rodrigue Ngoua, chefs du gang, ont finalement donné leurs noms verbalement lors des échanges.

La timide intervention du Préfet

Le nouveau Préfet du département de l’Océan, Nouhou Bello,est intervenu timidement en convoquant les deux parties, afin de voir clair sur ce dossier qui secoue actuellement toute la ville de Kribi, mettant ainsi en mal la justice et les services de sécurité.

Malgré toutes ses mesures conservatoires prises par les autorités pour apaiser le climat social et permettre la poursuite desdits travaux de construction de la barrière de l’hôtel Tara plage, notamment à travers la descente sur le site, le 16 mars dernier, du Sous-préfet de Kribi 1er, Tantchou pierre, servi à son vis-à-vis, SM Mouri Ngouo Thomas, une sommation en cessation de troubles et de déguerpir, avant de lui faire une assignation en référé d’heure à heure, suivi de l’ordonnance N°19/CIV/PI du 16 mars 2021, signée du Président du Tribunal de première instance de Kribi, le magistrat, Mambingo Eitel.

« Une machination » dénoncée par la communauté Ebone qui pense que Tantchou pierre veut créer un clair-obscur sur une affaire pourtant simple où l’agressé dit détenir son titre foncier. Si non, comment comprendre qu’un individu, qui prétend détenir son titre foncier.

Rappel

Selon ses dires, Tantchou Pierre, affirme détenir le titre foncier N°1043, du 20 Janvier 1987, d’une superficie de 669 m² au lieu-dit Ebomè, issu d’un morcellement du titre foncier collectif mère, N°361/Océan, du 02 Septembre 1976, appartenant à Feu Ntonga Ntonga Martin. Pourtant, ce titre foncier mère avait déjà fait l’objet d’une triple annulation. Premièrement, par l’arrêté ministériel du 08 Septembre 1976. Ensuite, par l’arrêté N°000007/Y.7/MINCAF/D100, du 07 Janvier 2008, signé du Ministre des Domaines, du cadastre et des Affaires Foncières (Mindcaf) de l’époque, Pascal Anong Adibime. Et troisièmement, par un autre arrêté N°001003/Y.7/MINCAF/SG/D6/S100/S130/AI, du 14 Octobre 2016, de l’ex-Mindcaf, Jacqueline Koung A Bessike, au motif que celui porte sur un terrain englobant une dépendance du domaine public maritime.

Rejoignez notre newsletter!