Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 05Article 571408

General News of Friday, 5 February 2021

Source: www.camerounweb.com

Des hommes armés ouvrent le feu sur l'ambulance de Médecins sans frontières à Mbalangi

Des hommes armés soupçonnés d'être des combattants séparatistes ont ouvert le feu sur une ambulance appartenant à l’ONG Médecins Sans Frontières aux premières heures du jeudi 4 février 2021, à Mbalangi, le long de l'autoroute Kumba-Buea.

Selon nos informations, Médecins sans frontières avait quitté Kumba pour Mbalangi en réponse à un appel de détresse. Après avoir récupéré le patient à Mbalangi, l'équipe humanitaire était en route vers l'hôpital de Muyuka lorsque des hommes armés ont tiré sur l'ambulance blessant l'infirmière.
«Aux premières heures du 4 février, une ambulance de Médecins sans frontières a été la cible d’hommes armés alors qu'elle répondait à un appel à Muyuka, dans le Sud-ouest du Cameroun», a déclaré Mme Antoinette Buinda, chargée de communication de Médecins sans frontières dans le Sud-ouest.

«L'ambulance a été touchée et l'infirmière qui l'accompagnait a été blessée. Médecins sans frontières condamne cette attaque contre notre collègue et une ambulance clairement identifiée. Les établissements de santé, y compris les ambulances, ne sont pas des cibles. »

Malgré l'attaque, l'équipe humanitaire a réussi à emmener le patient à l'hôpital de Muyuka avec l'infirmière blessée.

«Suite à cette attaque, une deuxième ambulance a été dépêchée pour récupérer le patient qui est dans un état critique et qui reçoit actuellement des soins médicaux. Notre collègue reçoit également des soins médicaux et se remet actuellement de ses blessures », a précisé Mme Antoinette Buinda dans le communiqué.


Mme Antoinette Buinda a insisté sur le fait que les équipes de Médecins sans frontières «fournissent une aide humanitaire médicale neutre et impartiale grâce à nos références d’ambulance d’urgence, à des soins de niveau secondaire et à un modèle décentralisé de soins communautaires».

Au cours des quatre dernières années, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun ont été secouées par la violence armée entre les forces gouvernementales et les groupes armés non étatiques, qui a déplacé plus de 700 000 personnes.

Les besoins humanitaires sont énormes. Les communautés déplacées ont des difficultés à accéder aux services de base, y compris les soins de santé.

La crise a gravement affecté le système de santé publique. De nombreux centres de santé ont fermé ou ne fonctionnent pas, le personnel médical et les établissements sont directement visés par la violence et l'insécurité entrave l'approvisionnement en médicaments et en matériel médical.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter