Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 17Article 580339

General News of Wednesday, 17 March 2021

Source: Actu Cameroun

Des bandits enlèvent un homme lors des funérailles de sa femme à Bamenda

Vendredi 12 mars 2021, des hommes lourdement armés ont pris d’assaut le lieu du deuil et enlever un homme qui attendait d’enterrer son épouse. Selon certains des personnes en deuil qui se trouvaient à la veillée, les hommes armés ont pris d’assaut le complexe et ont emmené le vieil homme malgré les supplications des personnes venues au deuil.

'Nous avons supplié ces garçons de considérer le fait que la famille était en deuil et que le Monsieur souffraient du fait d’avoir perdu sa femme, mais ils n’ont rien compris', témoigne un riverain qui était sur place. Il ajoute que ces hommes armés ont fait la sourde oreille et ont emmené le vieil homme manu militari sous- le regard impuissant des personnes présentes.

Le Monsieur enlevé a été libéré le jour suivant, le samedi où l’enterrement de sa femme devait avoir lieu, ceci après qu’une rançon avait été payée. Il présentait des signes de torture sur son corps, preuve qu’il avait été bastonné, raison pour laquelle il a été immédiatement conduit dans un établissement de santé pour des soins médicaux.

Comme si cela ne suffisait pas, la dépouille mortelle de l’épouse a été empêchée d’entrer dans son domicile le même samedi, une interdiction qui proviendrait du palais de Nkwen. Plus tard, le corps a été transporté au palais pour que la famille endeuillée réponde à quelques questions. Nous avons appris plus tard que la raison de l’injonction était que la famille voulait enterrer la dame un «jour un « jour sacré » qui est observé par les habitants de Nkwen, ce samedi.

La défunte qui s’appelait communément Mama Helen a été inhumée samedi vers 17 heures après que le palais ait finalement laissé le corps à la famille. Selon des sources, il est supposé qu’une énorme somme d’argent a été remise au palais avant que la famille ne soit autorisée à prendre le corps pour l’enterrement.

Le chef de quartier de Ndamukong et ses collaborateurs ont tous été critiqués par certains habitants pour ne – pas avoir averti la famille endeuillée lorsqu’ils sont venus leur remettre le programme des obsèques de la dame. Ils ont indiqué que le chef de quartier et ses collaborateurs étaient censés avoir averti la famille de Marna Helen et ne les renvoyer que si et seulement s’ils allaient à l’encontre des avertissements. Une école de pensées soutient que, ne pas avertir la famille était un acte délirant d’extorquer la famille. Ils ont dit qu’ils leur auraient dit que samedi était un «dimanche dans le calendrier» à Nkwen et qu’il était interdit de creuser le sot pour quelque raison que ce soit.

La famille endeuillée a également eu sa -part de responsabilité. Selon des sources proches de la famille, ils se sont installés à Nkwen depuis environ 35 ans et sont censés connaître la coutume et la tradition du peuple Nkwen.

Pour les ravisseurs, une vieille femme venue de Bali Nyonga était très remontée contre ces hommes armés. Elle a dit: «si c’est comme ça qu’ils veulent faire, ils ne vivront pas longtemps, ils périront comme des mouches, les malédictions qu’ils se sont’ invoqués les chasseront pour toujours», a-t-elle déclaré.

D’autres ont également réagi avec amertume en posant la question de savoir comment les gens vont kidnapper un vieil homme, dont la femme décédée était encore à la morgue, le torturer et encore collecter des fonds auprès de la famille.

Mama Helen était une vendeuse de-poisson dans le quartier de mule 2 junction à Nkwen.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter