Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 02 12Article 456120

General News of Tuesday, 12 February 2019

Source: camerounweb.com

Depuis sa cachette, Michelle Ndoki envoie un message aux camerounais

19 jours après avoir reçu les balles sur sa cuisse, la militante du MRC a récemment fait une sortie sur la chaîne de télé France24 où elle revenait sur les circonstances de la marche du 26 janvier dernier à Daoulas où elle était et sur son état de santé.

Dans un post intitulé LE SENS DE MON COMBAT… LA QUETE D’UNE VIE rendu public ce mardi 12 février 2019, elle a témoigné sa reconnaissance à ces nombreux Camerounais qui lui ont apporté leurs soutiens durant cette étape difficile qu'elle traverse, non pas sans réitérer que son bourreau l'a poursuivie et coincée au fond d’une gargote et tiré dessus à cinq reprises à bout portant:

LIRE AUSSI: CONFIDENTIEL: un plan d'empoisennement de Maurice Kamto démentelé

Je l'entends toujours : ‘’ Tu vas encore aller parler à Equinoxe ! ‘’, Peut-on lire dans le texte ci-dessous parvenu à la rédaction de camerounweb et dans lequel elle précise qu'elle n'a aucune haine pour cet homme en tenue et appelle les Camerounais à joindre la révolution lancée par le MRC.

LE SENS DE MON COMBAT… LA QUETE D’UNE VIE

Enfants de ma Terre,

Alors que nous retenons notre souffle et élevons nos prières vers le Très Haut, espérant une bonne nouvelle pour demain... Alors que nous nous unissons en pensée avec nos compatriotes, compagnons de lutte et chers Leaders illégalement retenus par nos gouvernants, j’ai voulu partager avec vous quelques reflexions sur ces derniers jours. Du fond de ma retraite forcée pour convalescence, j’ai ressenti votre amour, tout votre amour pour votre "Mater" parfois si têtue…

Je l’ai ressenti dans le regard de ces personnes dévouées autour de moi qui s’appliquent pour les pansements, dans les soins apportés à mes repas quotidiens, dans les gronderies quand je me levais trop souvent, dans l’attention de ces hommes forts prêts à me porter pour me faire prendre un peu d’air frais…

LIRE AUSSI: Le ministre de la Santé publique se fait incendier sur la toile

Et j’ai compris que notre combat est aussi le leur, que partout les Enfants de ma Terre se joignent à la lutte… tant de bonté spontanée, tant de sérénité dans la prise du risque de me protéger ! C’est cette résilience qui fait notre force… C'est le Cameroun pour lequel je me bats.

Le Professeur Kamto a raison, le plus urgent est de prendre d'assaut le chateau où se terre notre peur, de la voir terrassée par ce chevalier ardent nommé Vérité.

J'entends dire que l'on recherche et croit avoir identifié cet homme, sans doute époux et père, cet homme qui a juré sous serment de servir le peuple et un jour m'a poursuivie, moi qui fuyais mains nues, qui m'a coincée au fond d’une gargote et tiré dessus, à cinq reprises, à bout portant.

Je l'entends toujours : ‘’ Tu vas encore aller parler à Equinoxe ! ‘’.
En vérité, plus dangereux que sa hargne, son fusil, ses balles, il y a donc mes mots, nos mots sur Equinoxe... Au commencement était le Verbe.

Ce fonctionnaire de police ne mérite ni ma colère, ni ma haine. Il tombe sous le coup de mon incompréhension. J’espère qu’il saura se remettre, comme moi, j'espère qu'il ne restera pas toute sa vie prisonnier de cet acte odieux dont il ne peut se vanter, pas plus que ne peuvent se vanter les personnes qui ont tiré sur Célestin Njamen et sur tant d'autres innocents…

Ne les cherchons plus. Ils ne méritent ni notre colère, ni notre haine. Trop facile. Notre vengeance nous la tenons déjà : ils ne nous font pas peur. La peur, nous leur en avons fait cadeau. Elle les consumera, jusqu'au jour béni de notre victoire sur la médiocrité et l'égoïsme, ce jour que nous amène le Souffle de la Renaissance du Cameroun. Alors que nous nous tournons en pensée vers nos compatriotes et nos chers Leaders injustement et illégalement détenus à Yaoundé, levons la tête, bombons le torse et sourions, Enfants de ma Terre, car LE COMBAT CONTINUE !

LIRE AUSSI: Joseph Dion Ngute augmente le salaire des ministres de 10%

Mes plaies ne sont pas toutes refermées et réclament encore des soins appropriés, mais je suis là, l'histoire de ce pays que nous aimons tant s'écrit, et je n'en veux rien rater.

Je vous réitère donc mon message sur ma chaise roulante : Rejoignez-nous dans le combat ! Plus nous serons nombreux et moins ils auront l’occasion de s'en prendre lâchement à une autre femme ou un enfant...

Femmes, Mères, vous dont l'autre nom est courage, vous qui pansez les plaies, nourrissez les prisonniers, pleurez pour les morts, levons-nous ! Battons-nous pour nos droits élémentaires, pour nos vies, la vie de nos enfants ! Montrons le chemin à nos hommes, à nos enfants, à nos frères…

Demandons la libération immédiate et sans conditions de tous les prisonniers d’opinion !

Réclamons nos droits,

Demandons la fin des hostilités au Sud-Ouest et au Nord-Ouest, la fin de l'impunité et du gaspillage, la fin de la dictature !
Engageons-nous sur le chemin de ta Renaissance, Cameroun Terre de Lumière, là où la peine n'existe pas !

Ee, Di mende dongamene o Sawa, yen Ekombo'a mwaye, Wa ndutu e titi nò

VIVE LE CAMEROUN!
LOVE YOU