Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 28Article 552301

General News of Wednesday, 28 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Depuis les USA, John Fru Ndi annonce son retour au Cameroun

Le Chairman du SDF, John Fru Ndi vient d'annoncer son retour au Cameroun ce samedi 31 octobre 2020 après près d’un an d’absence du pays.

En effet, le leader de l'ancien principal parti de l'opposition camerounaise s’était envolé pour les USA à la fin du mois de novembre 2019 pour des raisons de santé.

Selon ses proches collaborateurs, dès son retour, il compte organiser le dimanche 1er novembre à son domicile de Yaounde une cérémonie en hommage aux cadres décédés de son parti politique.

Ce retour intervient quelques jours après le massacre de plusieurs élèves dans un établissement scolaire à Kumba par des hommes armés non-identifiés.



Massacre de Kumba: un membre du SDF révèle pourquoi ce crime a été commis

Grand pourfendeur des sécessionnistes, le fédéraliste installé en Allemagne soutient qu’ils en sont réduits à des coups d’éclat sanglants pour faire entendre leur cause.

Paddy Asanga a déjà trouvé les responsables de l’attentat du 24 octobre dernier à Kumba. Le militant du Social Democratic Front (SDF) établi en Allemagne, a accusé les sécessionnistes au cours de l’interview qu’il a accordée à Radio Balafon le 26 octobre 2020. «Ce qui s’est passé avec les enfants, c’était pour attirer l’attention de la communauté internationale et l’amener à intervenir au Cameroun. Quand vous brûlez les écoles cela ne les intéresse pas. Quand vous touchez aux enfants, c’est là où ils sont intéressés. Vous avez compris que l’Ambazonie est peut-être essoufflée maintenant et qu’il faut une action», a expliqué le chaud partisan du retour à une République fédérale.

Il estime que les sécessionnistes à travers la lutte armée qu’ils mènent font fausse route et qu’ils devraient se raviser comme un de leurs compagnons de lutte installé en Chine. Selon lui, la nouvelle stratégie des groupes armés séparatistes consiste à aller dans les écoles et tirer seulement en l’air. Ce qu’il décrit sous l’expression anglaise «make the place hot».

Paddy Asanga pense que le nombre de Camerounais qui ont une idée exacte de la crise anglophone n’est pas important. «Beaucoup de francophones qui vocifèrent sur la crise anglophone doivent se taire car ils n’ont pas compris les enjeux», critique-t-il.

Pour lui, les séparatistes sont en position de faiblesse et font des pieds et des mains pour être pris au sérieux. «Les gars de la diaspora croient qu’avec 2 ou même 5 millions de Dollars ils peuvent battre l’armée camerounaise ? Ils cherchent un moyen de pression afin qu’on les invite et qu’ils soient politiquement pertinent. Ils disent tous les jours: «on va pousser le gouvernement à venir négocier avec notre camp». Vous voulez l’indépendance et vous voulez la négociation en même temps ?».

Paddy Asanga se dit opposé à la prise des armes pour revendiquer. Il conteste aux groupes sécessionnistes la paternité des «ghost town». Il soutient que c’est l’œuvre du Consortium de la société civile qui, précise-t-il, avait un agenda fédéraliste.

II en veut aux séparatistes jugés violents et suspicieux. «Quelle est cette façon de venir intimider, forcer les gens à vous donner de l’argent, vous arrêter, vous traiter de «black leg » ? Parce qu’ils ont politisé l’affaire», accuse Asanga. Qui se demande où ils ont mis ceux qui ne pensaient pas comme eux à l’instar de Simon Munzu, Christian Tumi.

Paddy Asanga pense que les résolutions du Grand dialogue national ne sont pas satisfaisantes». Il réclame «un contenu» et confie qu’il aurait aimé que les anglophones se réunissent et présentent un contenu du statut spécial tant réclamé.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter