Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 02Article 545899

General News of Friday, 2 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Depuis Paris Cabral Libii tacle Kamto et lui rappelle son passé troublant (vidéo)

Même si Calbral Libii ne partage pas les méthodes du MRC, il dénonce la mise en résidence surveillée de Maurice Kamto qu’il juge illégale. Abordant le caractère illégal où non des marches du 22 septembre, le président du PCRN préfère laisser les juges décider. Il fait cependant observer que l’organisation des manifestations publiques au Cameroun est régie par un régime d’autorisation. Il a évoqué le triste sort reservé aux manifestants en 2008 alors que Maurice Kamto était ministre délégué de la justice au Cameroun.

« Il y a une loi en vigueur au Cameroun que tout le monde connait avec ses insuffisances. C'est que les manifestations publiques ne sont pas sous le régime de la déclaration du régime de l'autorisation. C'est une anomalie mais elle est toujours en vigueur. Mais ça ce n'est pas moi qui vais l'apprendre au professeur Kamto parce qu'il est juriste et a été ministre de la justice à une période où des gens s'étaient autorisés à des marches. C'était en 2008. Et on sait le sort qui a été reservé aux marcheurs à Douala. D'ailleurs dans son passé, il souvent rappelé la légalité aux uns et aux autres. Quelqu'un lui rappelait dans un média il y a quelques jours les propos qu'il avait tenu en 2004 lorsqu'après l'élection présidentielle certains candidats déclarés vaincus voulaient s'organiser pour manifester, il avait fait une sortie dans un média où il leur rappelait que selon les termes de la loi, la parole du juge constitutionnel est une parole dogmatique comme celle du pape. Ces lois n'ont pas changé », a indiqué Cabral Libii.



En séjour en France, le président du PCRN n’a pas pu échapper aux questions sur les marches du 22 septembre organisées par le MRC et certaines partis politique de l’opposition. Si Cabral Libii estime que Maurice Kamto ne peut pas être accusé d’avoir organisé des insurrections, il fait savoir cependant qu’il y a des dispositions pénales dans le droit positif camerounais qui pourront sanctionner les manifestations du 22 septembre. Interrogé sur le manque de solidarité observé de la part des autres partis de l’opposition, Cabral Libii a fait comprendre à son interlocuteur que les personnes en conflit avec la loi aujourd’hui s’étaient abstenues d’exprimer leur solidarité aux autres opposants quand ces derniers étaient en difficulté.
Le député du PCRN a rappelé aux Camerounais les propos moqueurs tenus par Alain Fogué, trésorier national du MRC lorsqu’il (Cabral Libii ndlr) était encerclé par la police camerounaise en 2018.Cabral estime qu’il mérite aujourd’hui ce qui lui arrive.

Ce qui est étonnant, ce n'est pas qu'il y ait absence de solidarité quand ça concerne monsieur Kamto. Ce qui est étonnant, c'est qu'il n'y ait pas eu de solidarité quand ça concernait d'autres personnes. Je me souviens que lorsque la police m'avait assiégé à l'époque, les plus proches collaborateurs de celui qui est assigné en résidence aujourd'hui, je vous parle de son trésorier national, je vous parle de son conseiller en communication étaient montés au créneau pour dire que c'était bien fait pour moi, que je suis un pion, que je suis en train de jouer avec mes amis les policiers. Je ne de dirai pas que c'est bien fait pour l'opposition camerounaise. Mais je dirais que c'est bien fait pour ceux qui avait dit que c'est bien fait pour moi », a déclaré Cabral Libii.

Durant son séjour français Cabral Libii entend dynamiser son parti dans la diaspora et créer des bureaux dans certaines ville de l’hexagone.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter