Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 21Article 597979

Actualités of Friday, 21 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Détournement des fonds Covid: Jean Michel Nintcheu livre Ngoh Ngoh aux juges

• Jean Michel Nintcheu exige la démission de Ferdinand Ngoh Ngoh

• Pour Jean Michel Nintcheu certains marchés illégaux ont été passés sur injonction du Sgpr

• Jean Michel Nintcheu n'est pas à sa première action contre Ferdinand Ngoh Ngoh

La publication du rapport d’étape de la Chambre des comptes sur la gestion des fonds Covid par les membres du gouvernement camerounais continue de susciter beaucoup de commentaires au sein de l’opinion publique. Si tous les regards sont braqués sur le premiers ministre Joseph Dion Ngute et plusieurs de ses ministres, qui ont d’ailleurs fait l’objet d’audition de la part des juges du Tribunal criminel spécial (TCS), d’autres sons de cloche pointent du doigt le rôle non moins important du tout puissant ministre secrétaire général de la présidence Ferdinand Ngoh Ngoh.

C’est le cas du député SDF à l’assemblée nationale, Jean Michel Nintcheu. Dans une déclaration, rendue publique ce jour, il exige la démission de certains membres du gouvernement notamment la ministre de la recherche scientifique et de l’innovation qui, selon lui, «a fait croire aux camerounais en mondovision qu’elle devait produire rapidement la chloroquine et l’azythromicine alors qu’elle a importé de l’Inde ces produits qu’elle a juste emballé au Cameroun ».

Comme depuis un certain moment, il « demande une fois de plus et avec insistance la démission du ministre de la santé publique qui a violé toutes les règles de gestion de la fortune publique ».

Le député confie aussi qu’il « a fallu l’injonction du Premier ministre pour qu’une somme de près de 380 millions Fcfa que le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji avait déjà fait virer à Bgfi Bank soit rétrocédée ». Cette information rejoint la révélation faite par le lanceur d’alertes Boris Bertolt sur le refus des ministres Atanga Nji et Etoundi Ngoa de se soumettre à l’audit ordonné par Paul Biya.

S’agissant du cas du ministre Ferdinand Ngoh Ngoh, il exige sa démission en se basant sur son rôle dans la gestion des fonds Covid, comme le précise le rapport d’étape de la chambre des comptes. Selon lui, « à la lecture du rapport d’étape de la Chambre des comptes, il apparaît clairement que certains marchés passés en violation des dispositions légales l’ont été sur injonction du ministre d’État, Secrétaire général de la présidence de la République. Ce qui en d’autres termes veut dire qu’il a co-géré les fonds covid-19 bien avant la mise sur pied de la task force covid-19. ».

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration

« Je me réjouis de ce que l’Histoire me donne raison. Une fois de plus, le Sdf dans sa démarche originelle, démontre chaque jour ce qu’il ne doit jamais cesser d’être à savoir un parti qui donne le pouvoir au peuple et qui a chevillé au corps les intérêts du peuple. Je voudrais rappeler qu’en 2016, à la tribune de l’Assemblée nationale devant la Représentation nationale, le député du Sdf Joseph Wirba dans sa déclaration historique avait déjà attiré l’attention des gouvernants sur le feu qui couvait dans les deux régions anglophones du pays. Il fut pourchassé et raillé même par certains de ses collègues députés pourtant du même parti. Cinq ans après, nous voici déjà avec plus de 1000 morts du fait de cette sale guerre. Si on l’avait écouté, les vies des camerounais auraient été épargnées. Lorsqu’il y a quelques mois, sur la base de mes investigations, j’appelais la Représentation nationale, certains collègues y compris ceux de mon parti, n’ont cessé de me pourfendre. Comme Joseph Wirba hier, aujourd’hui c’est la Chambre des comptes dans son rapport d’étape – ce qui sous-entend qu’elle n’est pas encore allé au bout de ses investigations-qui vient confirmer ce que je disais déjà à propos de la gestion catastrophique des fonds covid-19. En tant que Député de la nation, je demande la démission immédiate de la ministre de la recherche scientifique et de l’innovation qui a fait croire aux camerounais en mondovision qu’elle devait produire rapidement la chloroquine et l’azythromicine alors qu’elle a importé de l’Inde ces produits qu’elle a juste emballé au Cameroun. Mieux le rapport de la Chambre des comptes indique des manquements graves dans la gestion des fonds alloués à cette opération. Je demande une fois de plus et avec insistance la démission du ministre de la santé publique qui a violé toutes les règles de gestion de la fortune publique.

Le cas le plus grave et qui devrait immédiatement cesser toute activité est celui du ministre de l’administration territoriale qui n’a pas daigné répondre aux sollicitations de la Chambre des comptes mais s’est permis de facturer au ministère de la santé publique des dons qu’il a reçus de certains partenaires du Cameroun. Il a fallu l’injonction du Premier ministre pour qu’une somme de près de 380 millions Fcfa qu’il avait déjà fait virer à Bgfi Bank soit rétrocédée. Lorsqu’on sait par ailleurs que ce donneur de leçons et par ailleurs pyromane dans la crise anglophone est Secrétaire permanent du Conseil national de la sécurité, cela donne froid au dos. À la lecture du rapport d’étape de la Chambre des comptes, il apparaît clairement que certains marchés passés en violation des dispositions légales l’ont été sur injonction du ministre d’État, Secrétaire général de la présidence de la République. Ce qui en d’autres termes veut dire qu’il a co-géré les fonds covid-19 bien avant la mise sur pied de la task force covid-19. J’exige également sa démission du gouvernement.

Ces fonds ayant été mis à la disposition de notre pays par des partenaires bilatéraux et multilatéraux, il y va de l’image de notre pays et de la qualité de notre garantie souveraine. Si un jour on me fait part de ce que des membres de ce gouvernement ont volé des cadavres, je ne saurais être surpris. Même l’argent qu’on a donné à ce gouvernement pour venir au secours des camerounais qui souffrent, ces bandits n’en ont eu cure. Il convient au demeurant de constater que personne ne connaît à ce jour le montant total des dons des camerounais, personne physique comme personne morale. Le rapport d’étape de la Chambre des comptes, ce qui est louable, se limite uniquement aux fonds provenant des partenaires bilatéraux et multilatéraux. J’exige que tous les dons reçus en nature ou en numéraire soient rendus publics et qu’un audit de la gestion de ces contributions soit fait par la Chambre des comptes ou le Contrôle supérieur de l’État, puisqu’il s’agit des fonds publics. En attendant l’issue des enquêtes judiciaires qui permettra de déterminer le niveau d’implication et de prévarication de chacun des prévenus, j’exige du président de la République le limogeage de toutes les personnes mentionnées comme étant intervenues dans ce volumineux dossier en violation des dispositions légales comme relevé dans le rapport d’étape de la Chambre des comptes ».


Affaire des 55 milliards: un député demande des compte à Ferdinand Ngoh Ngoh

Il faut souligner que l'honorable Jean-Michel NINTCHEU n'est pas à sa première action à l'égard de Ferdinand Ngoh Ngoh. En février dernier, il a adressé une correspondance au Ministre d'État, Secrétaire Général de la Présidence de la République afin que ce dernier apporte des clarifications sur le décret inhérent à la convention de crédit d'un montant de 55,16 Milliards de FCFA pour le financement du projet d'achèvement des travaux du complexe sportif d'Olembé.

Selon l'élu du peuple, le niveau stratosphérique du montant de cette convention de crédit laisse perplexe en même temps qu'il est potentiellement porteur de forts soupçons de surfacturations quand on sait qu'il est mentionné dans ce décret que le financement porte sur "LE PROJET D'ACHÈVEMENT DES TRAVAUX DU COMPLEXE SPORTIF D'OLEMBÉ".

Jean-Michel NINTCHEU argue en indiquant qu'après avoir effectué une première descente sur le site le 19 août 2020, le Ministre du sport et de l'éducation physique avait déclaré lors d'une seconde visite d'inspection effectuée en date du 22 septembre que les travaux dudit complexe sont pratiquement achevés et qu'il ne restait plus que quelques retouches à la tribune présidentielle et la pose du tartan sur la piste d'athlétisme. Il ajoute que le Ministre des sports avait précisé sur la Crtv que ce complexe sportif allait être livré au plus tard en fin octobre dernier.

C'est fort de ce constat qu'en sa qualité de député de la Nation, Jean-Michel NINTCHEU demande au Secrétaire Général de la Présidence de la République Ferdinand NGOH NGOH, qui est le président de la Task Force de la CAN 2022, de lui communiquer le descriptif des travaux réalisés ou en cours de réalisation sur ce complexe sportif, les lignes budgétaires sur lesquelles les fonds ont été prélevés pour les travaux sur le site, ainsi que le compte d'emploi des dépenses effectuées avant la signature du décret Nº 2021/100 du Président de la République relatif à la convention du crédit sus cité.

Pour finir, le député exhorte également le Secrétaire Général de la Présidence de la République de lui communiquer les modalités de financement de ce complexe sportif, les mécanismes de remboursement des différents emprunts contractés par l'État auprès des différents partenaires au nom du peuple camerounais.