Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 12 12Article 452528

General News of Wednesday, 12 December 2018

Source: Le Pélican N°239

Détournement: Ngoh Ngoh veut faire plonger Motaze par tous les moyens

La 22ème session du Comité central d’organisation (Comip-Can), présidée le 5 décembre 2018, par le Premier ministre, à la suite du retrait de la Can 2019 au Cameroun par le Comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf), a laissé libre cours à un certain nombre de révélations concernant certains acteurs présumés coupables de cette forfaiture. Le temps des règlements de comptes a donc sonné dans un contexte où on parle de plus en plus de l’imminence d’un remaniement ministériel. Le cas qui saute à l’œil nu serait celui du secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, qui veut en finir avec le ministre des Finances, Louis Paul Motaze qui aurait mis à nu sa prévarication.

Le conclave convoqué à la Primature par le patron des lieux le 05 décembre 2018 était l’occasion d’examiner les causes du retrait de la Can 2019 au Cameroun. L’importance du point essentiel inscrit à l’ordre du jour et compte tenu de la situation préoccupante, tous les acteurs impliqués à l’organisation de cette compétition ont pris part aux assises. Après évaluation de la situation, les différentes parties prenantes ont reconnu à l’unanimité que le Cameroun a accusée du retard dans la préparation de cette compétition. En plus de la triste réalité sur le terrain, au regard de l’état d’avancement des chantiers, les participants aux assises à l’Immeuble Etoile n’ont pas occulté les batailles entre différentes administrations qui ont également été l’une des causes de cet échec.

LIRE AUSSI: Sérail: Jean Nkuete cité dans un plan de destabilisation du régime Biya

Le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, dans sa prise de parole, a mentionné aussi des lenteurs administratives dans la chaine de décisions. Le Minfi a remis chacun face à ses responsabilités en retraçant, aurait-on appris, le parcours de cette affaire depuis la écision en 2014 de la Confédération africaine de football d’attribuer l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football 2019 au Cameroun. Il était question pour le ministre Louis Paul Motaze d’apporter des précisions sur la tâche à accomplir par chaque acteur, son niveau d’intervention afin de tirer les conclusions du retrait de la Can 2019 par la Caf. Mais l’exposé du ministre des Finances n’a pas été bien accueilli par les partisans du secrétaire général de la présidence représentés lors de la réunion par le Secrétaire général des Services du Premier ministre, Séraphin Magloire Fouda. Un affrontement qui a dévoilé la complexité qui existait dans l’organisation de cette compétition.

Le camp du secrétaire général de la présidence de la République, dans un zèle du pouvoir, n’a pas apprécié l’impunité qui aura prévalu face à l’attitude du ministre des Finances, Louis Paul Motaze. Le demi « dieu » Ferdinand Ngoh Ngoh, ne pouvant pas tolérer un tel affront, a mis en place avec ses compères une stratégie visant à fragiliser le ministre des Finances. Une source nous révèle qu’une réunion aurait été organisée à cet effet la semaine dernière. La rencontre avait deux objectifs : Premièrement livrer Louis Paul Motaze aux medias et dans les réseaux sociaux ; deuxièmement disculper Ferdinand Ngoh Ngoh et Séraphin Magloire Fouda. On aurait appris que certains hommes de médias conviés à cette rencontre secrète pour faire la sale besogne auraient décliné l’offre prétextant qu’une telle attitude serait de les entrainer dans des débats de caniveaux.

Le Camp Ferdinand Ngoh Ngoh et Séraphin Magloire Fouda a fait profil bas au point d’être ridiculisé par la presse. Les journalistes sont restés professionnels en démontrant avec documents à l’appui que Louis Paul Motaze a quitté le secrétariat général des services du Premier ministre en 2015, alors qu’il n’était plus directement impliqué dans les chantiers de la Can 2019. Le dossier de la Can 2019 au Cameroun depuis cette date avait plutôt été porté par Ferdinand Ngoh Ngoh et Séraphin Magloire Fouda qui l’ont conduit à leur rythme dans la recherche de leurs intérêts. Le résultat est celui qu’on connait aujourd’hui.

Les manœuvres du clan Ngoh Ngoh

Une source proche du dossier nous apprend que sur les 21 partenaires proposés par Louis Paul Motaze au temps où il assurait la supervision du groupe de travail technique dont l’objectif était de conduire les négociations en vue du financement de la Can 2019 au Cameroun, il n’y a que l’entreprise Piccini qui a été retenue. La même source nous fait savoir que le dossier fixant les conditions d’une meilleure organisation de la compétition avait pourtant été produit par Louis Paul Motaze. Ce dernier avait en plus réuni les représentants de tous les départements ministériels et tous les organismes impliqués dans l’organisation de l’événement.

Le dossier produit par Louis Paul Motaze prenait en compte l’identification des intervenants, des sources de financement, des potentiels constructeurs, des mesures incitatives à l’investissement privé, des entités ad hoc à créer. Mais ce dossier, souligne notre source, sera mis à coté par certains membres du clan Ngoh Ngoh qui vont chercher plutôt à manipuler le chef de l’Etat en le faisant savoir que le dossier produit par Louis Paul Motaze n’était qu’un montage de détournement des deniers publics, en complicité avec des financiers marocains, des constructeurs italiens, turcs, etc. Le clan de Ferdinand Ngoh Ngoh propose comme solution alternative au président de la République la reprise en main du dossier et l’engagement dans la recherche de nouveaux financements. Une stratégie mise en place par le secrétaire général de la présidence de la République pour positionner ses pions dans le dossier. Une source nous a d’ailleurs confirmé que toutes les autres entreprises qui sont intervenues par la suite dans les différents projets de la Can 2019 ont été retenues par les hommes de Ferdinand Ngoh Ngoh. La même source nous révèle que de la période allant de février 2017 à mai 2018, l’Etat du Cameroun a passé des marchés relatifs à la Can pour un financement de 690 milliards de Fcfa.

LIRE AUSSI: Média: après Michael Dopass, Samuel Eto’o fait enfermer un second journaliste

Sur les 51 marchés passés par la présidence de la République sous la houlette du clan de Ferdinand Ngoh Ngoh, 41 marchés ont été passés par la procédure du gré à gré, contre 10 seulement par appels d’offres. Voici les sociétés qui ont bénéficié de la procédure d’appel d’offre : Grpt Leonardo Cameroun Sarl, 5.962.500.000 Fcfa ; Corporation commerciale canadienne, 71.550.000.000 Fcfa ; Mota-Engil, 46.880.422.625 Fcfa. Mais l’entreprise Prime Protomac Solutions a gagné de nombreux marchés à elle seule en 2017. Cela se justifie par le fait qu’un certain Ben Modo de Prime Protomac serait un proche de Ferdinand Ngoh Ngoh. Quelqu’un tombera à la renverse s’il découvre les noms des personnalités qui se cachent derrière les entreprises telles que Grpt Ice Cameroun, 379.811.250 Fcfa ; Le Ompeting, 379.984 950 Fcfa ; Cak, 299.694.431 Fcfa, Grpt Socotec Inter Afrique Beta Consult, 899 642 168 Fcfa ; Cauduc, 1.192.500.000 Fcfa ; Louis Berger Sas, 1.518.052.000 Fcfa ; Group Galant and Friends, 336.248.073 Fcfa Les révélations financières qui circulent également dans la presse et les réseaux sociaux font état de ce que le prix d’un camion de sable dans le cadre des travaux de la Can 2019 revient à 700.000 Fcfa ; le salaire d’un employé par jour avoisine les 500.000 Fcfa, tandis que le prix d’un sac de ciment est de 16.050 Fcfa. Voilà comment le clan Ferdinand Ngoh Ngoh a spolié le Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter