Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 17Article 535132

General News of Monday, 17 August 2020

Source: camerounweb.com/rfi.fr

Détournement : 57% des Camerounais désavouent Manouada Malachie (sondage)

Un sondage réalisé par la rédaction CamerounWeb auprès de 700 Camerounais relève que la population estime que le ministre de la santé Manaouda Malachie a mal géré les fonds Covid-19 et le riz Orca.

Jusqu’en mars 2020, Manaouda Malachie était considéré comme l’un des ministres modèles du gouvernement Biya. L’homme ne trainait aucune casserole et affichait clairement sa volonté se mettre au service de son pays. Avec l’arrivée de la pandémie du Covid-19, les Camerounais l’ont également vu l’œuvre se battant seul contre tous. Le volontarisme du ministre avait suscité l’admiration des pires détracteurs du régime Biya. La plateforme Survie Cameroon initiée par Maurice Kamto pour venir en aide aux Camerounais durant la pandémie avait cru bon de confier une bonne partie du matériel médical acquis au ministre Manouada qui avait décliné l’offre.

La réputation du serviteur du peuple va prendre un coup depuis la création du fonds de solidarité nationale par le président de la République. Dans un premier temps des bruits dans les couloirs des ministères dénonçaient une gestion cavalière des fonds par le ministre de la santé. L’on se rappelle encore de la brouille entre le ministre de la santé et son homologue de la recherche scientifique sur le projet de fabrication sur place de la chloroquine.


Depuis quelques semaines ce sont les populations qui accusent désormais le ministre d’avoir détourné les fonds collectés pour lutter contre Coronavirus. Manaouda aurait selon une bonne partie des Camerounais fait une gestion opaque des 4000 sacs de Riz Orca destinés aux populations vulnérables. Malgré ses multiples tentatives de se dédouaner, 57,07% des Camerounais pensent que le ministre n’a pas bien géré les fonds à lui alloués. Seuls 23,56% des Camerounais estiment que Manaouda a été un bon gestionnaire sur ce projet. Ces chiffres ont été recueillis lors d’un sondage réalisé par CamerounWeb et auquel ont participé 700 Camerounais.


legende

En cause, la gestion des fonds dédiés à la lutte contre le coronavirus. Les sommes concernées tourneraient autour de plusieurs dizaines de milliards de francs CFA. Des allégations infondées, a répondu Manaouda Malachie, le ministre de la Santé. L'affaire, en tout cas, n'en finit plus d'agiter l'opinion, alors que le Cameroun est l'un des pays subsahariens les plus touchés par la pandémie.



Pour Jean-Michel Nintcheu, député du Social démocratic Front (SDF), la gestion des fonds destinés à la lutte contre le coronavirus fait l’objet chaque semaine de rumeurs, de faits d’opacité, de surfacturation, de corruption et de conflits d’intérêts au sein du ministère de la Santé qui en a la charge. À titre d’exemple, le député s’est insurgé de ce que l’un des centres de prise en charge des patients du Covid-19, au stade Mbappé Léppé de la ville de Douala, ne dispose pas de lits et de toilettes. Et ce, alors même qu’un contrat de location de toilettes, d’un montant de 100 millions de francs CFA y aurait été engagé.

Jean-Michel Nintcheu indique aussi, pour s’en insurger, que le compte d’affectation de lutte contre le Covid-19, qui est de 180 milliards, ferait l’objet de détournements en masse et en bandes organisées.

Des accusations que le principal mis en cause, le ministre de la Santé publique Manaouda Malachie, a battu en brèche. Pour le responsable politique, ces allégations sont tout simplement mensongères. Pour preuve, a-t-il indiqué à la presse, la dotation financière spéciale, dédiée à la lutte contre le coronavirus, n’est tout simplement pas encore opérationnelle. De l’avis du ministre, le député Nintcheu n’est tout simplement pas bien informé.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter