Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 24Article 557966

General News of Tuesday, 24 November 2020

Source: 24cameroun.com

Détention de Mispa Awasum : les avocats du MRC crient au scandale

Le coordonnateur du Collectif d’avocats chargés d’assurer la défense des militants du MRC affirme que les charges retenues contre les femmes interpellées le 21 novembre sont hors contexte.

Lundi 23 novembre 2020, Mispa Awasum a été placée en détention provisoire à Kondengui pour une période de six mois. La présidente des femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), a été interpellée alors qu’elle se rendait au domicile de Maurice Kamto, assigné à résidence.

L’avocate au barreau du Cameroun a été inculpée de complicité de révolution, et rébellion. Des faits réprimés par les articles 74, 97, 114 et 157 du code pénal. Lundi matin, elle a été déférée au tribunal militaire. Agée de 35 ans, elle est la plus jeune militante parmi les 23 femmes interpellées samedi 21 novembre 2020 à Yaoundé non loin du domicile de Maurice Kamto, le président du MRC.

Me Hyppolite Meli, coordonnateur du Collectif d’avocats chargés d’assurer la défense des militants du MRC affirme que les charges retenues contre les femmes interpellées le 21 novembre sont hors contexte.

Une violation du droit

L’avocat estime que ces arrestations sont abusives, arbitraires et illicites. Car elles étaient dirigées contre des femmes politiques qui exerçaient le droit de rendre visite à leur leader politique et qui malheureusement ne l’ont pas pu. Ces arrestations ont été conduites par les éléments du Commissariat du 6ème arrondissement à Etoudi.

Un commissaire de police présent sur les lieux pendant l’interpellation affirme que ces femmes ont été arrêtées parce qu’elles ne possédaient pas une autorisation délivrée par la police. Selon le journal Le Jour, leur visite à Maurice Kamto s’est transformée en une manifestation publique non autorisée.

Le fait que Me Mispa Awasum soit inculpée devant un tribunal militaire relève également d’une violation du droit selon Me Hyppolite Meli. L’avocat affirme que l’article 14 du pacte international relatif aux droits civils et politiques, signé et ratifié par le Cameroun, portant droit à l’égalité devant les tribunaux et les cours de justice et à un procès équitable relève que : « le jugement des civils par les tribunaux militaires ou d’exception peut soulever de graves problèmes s’agissant du caractère équitable, impartial et indépendant de la justice ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter