Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 16Article 521002

General News of Tuesday, 16 June 2020

Source: actucameroun.com

Dépassés par les abus des gendarmes, les populations de Kossehone crient au secoure


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Dans une lettre incendiaire adressée au préfet du département du Mayo Tsanaga, les populations de la localité dénoncent les abus et les exactions des éléments mobilisés au poste de gendarmerie nationale du village Kossehone.

Cette lettre datée du 28 mai dernier fait actuellement grands bruits dans cette localité située dans l’arrondissement de Mokolo, département du Mayo Tsanaga, région de l’Extrême-Nord. Les populations par les soins des élites, ont écrit à l’autorité préfectorale.


Les plaintes des populations


En effet, elles se plaignent de ce que les bérets rouges sont devenus leurs bourreaux au lieu de les protéger. Des interrogations en formes de dénonciations sont contenues dans la lettre épistolaire. « Pourquoi les gendarmes nous prennent-ils de l’argent en allant au champ? Pourquoi organisent-ils certains mouvements en complicité avec quelques personnes des couches sociales favorisées pour nous traumatiser? Pourquoi les moto-taximan et les autres personnes paient-ils 1000 FCFA chaque fois qu’ils passent au poste de contrôle ?», s’interrogent-ils. Plus grave encore, les gendarmes perçoivent les taxes sur les droits d’occupation des places au marché.


Enquête approfondie


Interpellé, le préfet du Mayo-Tsanaga souligne que l’affaire est prise très au sérieux. Après avoir reçu la correspondance des élites, Jean Daniel Djoboïna rassure avoir quôté le dossier au commandant de la Compagnie de gendarmerie nationale de Mokolo pour enquête. Parallèlement, le ministre de la défense a pour sa part instruit la gendarmerie d’ouvrir une enquête militaire. «Si les faits sont avérés, ceux qui sont indexés et qui sont coupables de ces faits seront certainement sanctionnés. Il y’a une commission d’enquête instruite par le SED et le Commandant de la légion de gendarmerie de l’Extrême-Nord est descendu sur le terrain afin de s’enquérir de la situation», rassure le préfet du Mayo-Tsanaga.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter