Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 06Article 532678

General News of Thursday, 6 August 2020

Source: camerounweb.com

Démantèlement des mafieux à l’ART : la ministre Minette Likeng violemment attaquée

Les actions de la ministre des postes et télécommunications du Cameroun pour nettoyer l’Agence de régulation des télécommunications au cœur de plusieurs scandales financiers ces derniers mois, ne plaisent pas à tout le monde. Une meute d’activistes web a été recrutée pour dénigrer la ministre Minette Libom Li Likeng sur les réseaux sociaux et dans une certaine presse.


L’un des péchés de la ministre selon ses détracteurs, est d’avoir rejeté les décisions de nomination à l’ART. Ces décisions rappelons-le, ont été entachés des faits de corruption graves dénoncés en amont par la ministre. La présidente du conseil d’administration de l’ART, présentée comme le nouveau cerveau qui entretient la corruption et les recrutements mafieux dans l’agence, n’avait pas remis en cause les graves accusations portées contre elle par sa ministre de tutelle.

Et pourtant depuis quelques jours, un groupe d’activistes se déchaine sur la ministre, remettant en cause ses décisions.

« Elle a violé la loi à l'ART en annulant les décisions du conseil d'administration. Force reviendra à la loi. D'ailleurs, "Nul ne peut agiter la boue sans se salir".

La ministre des postes et télécommunications a développé ces derniers temps, une attitude pratiquement décevante dans le cadre de cette crise qui oppose les dirigeants de l'ART. Elle a donné l'occasion de lui faire entendre raison en lui rappelant qu'il y a une différence claire entre une tutelle administrative et une tutelle technique. Elle a tellement été maladroite que le questionnement suivant a surgi:


- Sur quel texte de loi s'est elle fondée pour annuler les décisions prises en collégialité par une instance au sein de laquelle elle a été représentée et sans réserve ?


- Comment comprendre l'activisme de la Minpostel alors qu'elle n'avait jamais auparavant eu à valider les résolutions des conseils d'administration de l'ART avant leur mise en œuvre et n'avait jamais interpellé l'ancien PCA ?
- Au nom de quoi Mme la ministre invalide t-elle les résolutions d'un conseil d'administration par une simple correspondance au DG de l'ART, qui n'est pas membre dudit conseil ?


- N'existe t-il pas une présomption de culpabilité en droit ?
- Sur quel fondement juridique peut-elle annuler une décision sur la base de "forts soupçons de corruption" en lieu et place d'éléments de preuves concrètes ?


Il convient tout simplement de renvoyer la ministre Minette Libom Li Likeng des Postes et télécommunications, à la relecture du décret N° 2012/203 du 20 Avril 2012 portant organisation et fonctionnement de l'Agence de régulation des télécommunications au Cameroun. Pourtant, voici ce qu'il faut retenir:
1- L'autonomie de l'ART est placée sous la tutelle technique du Minpostel et sous la tutelle financière du Minfi (Art. 2)


2- Il est impossible pour la tutelle (Minpostel) de se substituer aux fonctions de PCA et vice-versa parcequ'il y a incompatibilité (Art. 10 alinéa 2)


3- le recrutement du personnel de l'ART est une prérogative de son conseil d'administration sur proposition du Directeur général (Art. 11 alinéa 1 d).
4- La compétence des juridictions est reconnues pour tout conflit relevant du personnel de l'ART ou entre l'Agence et son personnel.
Le constat est clair que la ministre a agité de la boue, par conséquent elle doit se salir »
, écrivent-ils.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter