Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 11Article 533851

General News of Tuesday, 11 August 2020

Source: Actu Cameroun

Délivrances dans les églises: sexe et argent défient les versets bibliques

Depuis pas mal de temps et ce, dans toutes les obédiences religieuses, le pansexualisme gagne du terrain lors des rencontres spirituelles.

Selon nos informations, dans les églises chrétiennes, les choses les plus insoupçonnées meublent le quotidien et cela n’émeut personne, sauf le Dieu tout puissant qui connaît toutes choses même les plus sécrètes. Ce n’est plus un secret de polichinelle, certains chrétiens s’accordent à reconnaître que les rapports sexuels entre des personnes non mariées ou encore avec le pasteur ou le prêtre ne posent plus de problème. Toutefois, la communion avec Dieu, comme ce fil tenu, est rompu pour la simple et bonne raison que Dieu le père est Saint et ne flirte pas avec le péché. La bible étiquette les relations sexuelles commises hors mariage de « fornication, cochonnerie ou adultère » -avec raison.

L’engagement spirituel des chrétiens n’est plus le fait du salut mais du charnel orienté vers le sexe principalement. Dans ce fameux registre des verset, sataniques d’un autre genre, pasteurs prêtres, anciens d’église, diacres, fidèles, s’adaptent désormais à ce rythme frénétique des coups de reins qui font courir les gens dans les églises, puisqu’ils y capturent des proies faciles. Au sein de l’église presbytérienne camerounaise, nos sources indiquent qu’il y existe une association de jeunes protestants (jupe) qui, dit-on, prône le développement spirituel juvénile.

Lors de leur rencontre il est contant de voir leurs locaux s’ériger en noces des « amoureux sur les bancs pas publics », titre phare et à l’envers de l’artiste Georges Brassens. Comment passer par pertes et profits : les fameuses retraites spirituelles où les problèmes de la vie, sensés trouver des solutions idoines par la prière, la mortification (carême, jeun …) se soldent par de l’alpinisme sur les monts de venus, à mille lieues des regards sinon inquisiteurs du moins nuisibles du tout-venant.


Relativement à l’église catholique, de sources diverses et concordantes sou-tiennent mordicus que, des prêtres en-U Retiennent des femmes par le biais H des prières, qui échouent fatalement H dans la copulation (commerce charnel) et de l’escroquerie pour les âmes candides. Comment comprendre et B expliquer que lors des saintes cènes B organisées dans les paroisses, des H femmes soient accréditées pour, « soulager » les « vicaires du christ », sans que cela n’émeuve personne outre-mesure. « Les amoureux jaloux de ces pratiques sont devenus des démons qu’il faille se débarrasser, si l’on désire le salut éternel », précise une de nos sources très au fait de ce débordement de la sexualité en milieu clérical.

La parole

Au commencement était la parole, et cette parole est devenue chair en la personne du grand hiérophante (Jésus-Christ) et appelle les chrétiens au salut et empêche que nous soyons soumis à la tentation. Et le livre de Galates de dire : « Attention, on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi (sic) ».

L’évasion des sacro-saints principes spirituels a fait perdre aujourd’hui à nos « hommes de Dieu » pardon des dieux, la puissance qui devrait être leur première arme devant les forces du mal comme la pandémie de la covid-19, qui a également eu raison d’eux. « Celle-ci s’associe à la foi sur ‘le s’arc-boute la vie du chrétien.

À quand la guérison totale de ces millions de malades spirituels en quête de soulagement chez les pasteurs et autres prêtres dits exorcistes ? Qui pis est, la commercialisation du ‘’don’1 de guérison “miraculeuse » aux malades s’est greffée au sexe et les deux phénomènes renforcent encore plus la diabolisation mieux la satanisation de l’action chrétienne”, souligne une de nos sources dans ces « fleurs du mal » ayant requis l’anonymat. Et d’ajouter : « les pentecôtistes regroupés dans des églises dites de réveil, aucun sentiment spirituel d’être dans la maison de Dieu. Dans ce microcosme, le discours récurrent et itératif est l’argent. On p-vend tout. Ici, le pasteur règne sur les sexes des femmes. Aucune séance de délivrance sérieuse ; du charlatanisme grandeur nature ; aigrefins de haut vol. »

A tout prendre, les lieux où on devrait adorer Dieu sont devenus des marchés populaires, les centres commerciaux, de la mafia, de l’escroquerie, de la ruse, de la duperie de la roublardise, du sexe …

Tutti quanti pendant que les mauvais esprits tourmentent les enfants de Dieu. On ne sait vraiment plus à quel saint se vouer !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter