Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 03Article 524755

Opinions of Friday, 3 July 2020

Journaliste: Jean-Pierre Du Pont

Découvrez les missions secrètes des ambassadeurs français au Pays de Paul Biya

Pour peu que l’on puisse parler de gouvernance, au sujet de ce curieux pays, qui donne assez souvent l’impression de naviguer, en mode de pilotage automatique depuis le 6 novembre 1982 , c’est -à-dire depuis l’intronisation du roi fainéant à perpétuité, on est tout de même intrigué par l’identité de ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre, et étouffent les énergies de cette population dynamique.

Tenez, ce monsieur en lunettes que vous apercevez ci-dessous, Yvon Omnès pour ne pas le nommer, officiait naguère comme ambassadeur de France au Cameroun, où il était arrivé vers la première moitié des années 1990 , où il va officier un peu moins de 10 ans sans discontinuer.

Occupant précédemment exactement les mêmes fonctions en Guinée Conakry, où il a pris femme, cet ambassadeur sulfureux a fini sa carrière au Cameroun, où au moment de faire valoir ses droits à la retraite, il s’est juste contenté de traverser la rue avec armes et bagages , pour se déporter au palais présidentiel comme super – gourou du prince. Sorte de vestige “Haut-commissaire colonial”.

Véritable président- bis, ce colon dans l’âme qui rappelle curieusement un autre parrain du tyran camerounais, en la personne de Louis-Paul Aujoulat (l’homme qui a sodomisé à quelques nuances près, toute l’élite politique camerounaise de la seconde moitié des années 1950 ) parrain de Paul Biya auteur de la lettre de recommandation qui lui mit le pied à l’étrier, a fait et défait les carrières à sa guise .

Pendant qu’il était ambassadeur de France à Yaoundé, il a déployé ses énormes talents d’entregent, et d’entremetteur, en réussissant à dicter au président guinéen de l’époque , à travers son ascendant ou emprise sur Paul Biya, de nommer son épouse au poste de Consule de Guinée au Cameroun.

Grand théoricien et concepteur des villes mortes devant l’Éternel , c’est lui qui mit subtilement en place , le stratagème satanique ayant d’une part permis au dictateur camerounais, d’éviter la tenue d’une conférence nationale souveraine au Cameroun, au plus fort des contestations survenues au lendemain de la chute du mur de Berlin , et de l’écroulement du bloc communiste, avec à la clé l’invention du vocable imbécile et suranné de “Le Cameroun c’est le Cameroun’’. Il ne viendrait pourtant à l’esprit de quiconque , de normalement constitué , de prétendre ou à tout le moins suggérer que le Cameroun serait devenu le Malawi ou le Luxembourg ! Enfin, passons…

C’est aussi à son crédit, qu’il faut également porter le tripatouillage et la filouterie électorale qui a permis au “meilleur élève” de François Mitterrand, de conserver indûment son fauteuil malgré la déculottée que lui avait infligée John Fru Ndi en 1992. La paternité des répressions impitoyables, et l’astuce ou le guet-apens de la tripartie, est aussi à porter à son tableau de chasse.

Officiellement en charge de la société de l’Union Fruitière Africaine où il fait son beurre, en plus de tout le magot déjà pillé et accumulé, Yvon Omnès est le véritable inspirateur du commandement opérationnel (Momo Jean De Dieu était l’avocat des disparus de Bepanda) ayant provoqué une véritable hécatombe, tout comme des terribles répressions à l’encontre les manifestants de 2008, contre entre autres , la levée du verrou constitutionnel pour la limitation du mandat présidentiel.

Il faut rappeler à toutes fins utiles aux plus jeunes lecteurs, que c’est à la faveur de ces manifestations que le chanteur et activiste, feu Lapiro de Mbanga fut condamné et jeté en prison pour une durée de trois ans …avec les répercussions que l’on sait .

Le hold-up électoral d’octobre 2018, est un autre des bébés de ce Joseph Gobbels (conseiller d’Adolphe Hitler , et concepteur -tacticien du IIIe Reich et de la solution finale ) des temps modernes .

Lorsque le séjour de l’ambassadeur Georges Serre au Cameroun, vint à terme en 2009, le patron du Quai d’Orsay demanda à ce dernier son avis sur le probable et potentiel successeur, qu’on envisageait d’envoyer à Yaoundé, en la personne de Gildas Le Lidec.

L ‘ambassadeur sortant trouve l’idée excellente, et donne son accord en précisant que Le Lidec était un diplomate de qualité. La lettre du Continent, bimensuel créé par Antoine Glazer très introduit en intrigues et coulisses de la FrançAfrique , publie aussitôt un papier annonçant Le Lidec comme prochain ambassadeur de France au Cameroun.

Dès que Yvon- Omnès a vent de l’affaire comme on dit, il rédige un véritable réquisitoire Gildas le Lidec, et va toutes affaires cessantes retrouver Paul Biya en villégiature comme souvent à Movemeka’a .

L’argutie développée, il est vrai manque pas de sel. Gildas Le Lidec traine derrière lui, une sorte de malédiction ou de poisse, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle ne plaide vraiment guère en sa faveur. Il était en poste à Madagascar, lorsque le chef de l’Etat faillit perdre son fauteuil, à la suite de gigantesques manifestations violemment réprimées dans le sang, ayant aussitôt suscité des protestations des autorités américaines, avec réclamations d’enquête internationale.

Ensuite, fait remarquer le rapport de l’ancien ambassadeur Yvon-Omnès, à l’intention du chef de l’Etat camerounais , Gildas Le Lidec était en poste à Abidjan, au plus fort des violentes manifestations anti-françaises , suite à la destruction au sol par des éléments de l’armée française , appartenant au détachement du 43e BIMA , de toute la flotte ivoirienne, en représailles au bombardement du Lycée Français Descartes à Bouaké. Le président Biya, qui aime bien Gbagbo, à souvenance que cette histoire, avait sinon failli coûter la vie à son homologue ivoirien d’alors, mais a minima son fauteuil. Non décidément, ce Gildas Le Lidec était un oiseau n’annonçant que de très mauvais augures.

Là-dessus, l’hôte d’Étoudi retourne à Yaoundé dare dare , et fait ”convoquer” toutes affaires cessantes l’ambassadeur de France, Georges Serre, sur le départ. Chose inhabituelle, c’est lui-même qui va chercher son hôte dans l’antichambre de son bureau, où il tient à le recevoir en dehors de la moindre présence discrète. Tout aimable il commence : “Mais entrez donc, mon Cher Ambassadeur, je vous en prie. Je n’ai rien de personnel contre cet ambassadeur, que je ne connais du reste pas, mais apprendre sa nomination dans les journaux avant même que d’avoir moi-même été directement saisi de la question, cela nous mettait devant le fait accompli, et ferait désordre. Je ne peux donc l’accepter. Notre opinion publique, très pointilleuse en matière des questions ayant trait à sa souveraineté, ne comprendrait pas. Je suis vraiment désolé.’’

Après ce numéro de bluff, de grand-guignol, on peut se demander depuis quand le tyran qui a inventé la gouvernance à distance, se souciait de l’opinion publique camerounaise… Mystère !

Paul Biya , qui semble délibérément avoir choisi, d’être le vassal des marionnettes d’une puissance étrangère, qui plus a un lourd contentieux colonial historique avec son pays , tout en écrasant son peuple, risque de rentrer dans l’histoire comme un renégat ayant trahi le peuple qui l’a engendré, pour de puérils motifs de satisfaction de son seul bien-être physique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter