Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 09Article 547762

General News of Friday, 9 October 2020

Source: Actu Cameroun

Décentralisation : l’échec de la méthode Dion Ngute

Le mystère qui entoure toujours le transfert des compétences aux Collectivités territoriales décentralisées, est la conséquence logique d’une cascade de défaillances gouvernementales.


Communiqué de presse du Conseil national de la décentralisation : « Le Premier ministre, chef du gouvernement, a instruit tous les membres du gouvernement concernés par le transfert des compétences aux Régions de faire tenir au ministre de la Décentralisation et du Développement local, sous huitaine, les projets de textes y relatifs, assortis de leurs cahiers de charges, en vue de leur sanction. »

Comme aveu d’échec, difficile de faire mieux. Dix mois après la promulgation de la loi portant Code général des Collectivités territoriales décentralisées par Paul Biya, le gouvernement de Joseph Dion Ngute se révèle incapable de sortir de ses schémas de pensée. Le constat demeure le même : Le processus de décentralisation est au point mort.

Rien n’a bougé en ce qui concerne les onze nouvelles compétences à transférer par l’Etat, qui devraient s’ajouter à celles qui étaient déjà consacrées par les textes adoptés en 2004. Rien n’est également effectif sur le transfert des ressources additionnelles aux collectivités territoriales, malgré le fait que l’Etat ait pris la décision de leur octroyer 15% de ses recettes.

Le Premier ministre a décidé de mettre la pression sur ses collaborateurs. Ainsi, le 7 octobre dernier, au cours de la première session ordinaire du Conseil national de la décentralisation, le locataire de l’Immeuble Etoile a sommé ses collaborateurs du gouvernement de transmettre « sous la huitaine », au ministre de la Décentralisation Georges Elanga Obam les projets de textes qui faciliteront le transfert effectif des compétences vers les Régions. Un processus qui se veut être l’une des avancées notables du mandat en cours de Paul Biya, souvent accusé de ne pas mettre en œuvre de réformes concrètes. D’où viennent donc ces retards qui font douter de la sincérité du régime de Yaoundé ?

Compte unique du Trésor
Dans le brouillard de la situation actuelle, face aux contradictions et revirements du gouvernement, ça bouillonne, ça s’enrage. « Cela est dû au manque de coordination, de célérité et surtout de volonté. Toujours est-il qu’il faudra que nous rendions compte à nos populations », essaye d’expliquer un maire d’une commune d’arrondissement de Yaoundé sous le couvert de l’anonymat en raison de sa fonction.

« Il y a des résistances de la part de certaines administrations centrales qui ne veulent pas lâcher leur pouvoir », résume Germain Nnanga, analyste politique. Une source du Messager au ministère de la Décentralisation assure que « des commissions se réunissent chaque semaine à ce sujet, et nous contactons directement les services pour aller plus vite, selon les consignes du chef du gouvernement ». Optimiste, ce cadre d’administration promet que « suite aux instructions données par le Premier ministre, certaines avancées paraîtront dans deux ou trois semaines ».

D’autres pourraient nécessiter un peu plus de temps, car ils dépendent par exemple des ressources financières. Joseph Dion Ngute a prescrit mercredi dernier au ministre des Finances « de parachever le processus de mise en place de la nouvelle architecture du Compte unique du Trésor, de finaliser la réforme sur la fiscalité locale » et en soumettre les conclusions avant le 30 octobre 2020. Alors que le pays s’apprête à organiser le 6 décembre prochain les élections régionales qui représentent le bouquet final de la réforme constitutionnelle de 1996, notre État stratège a donc accouché d’un compromis délétère qui reflète bien l’ensemble de sa gestion de la décentralisation.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter