Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 14Article 534697

General News of Friday, 14 August 2020

Source: cameroonvoice.com

Décapitation des femmes au NOSO : le nom d'un ministre de Paul Biya cité

C’est dans un voice devenu viral sur Internet que des individus se réclamant d’un groupe séparatiste répondant à la sulfureuse dénomination de « Vampires de Bamuka du Nkogkétunjia » auraient revendiqué l’assassinat le 9 aout 2020 par décapitation, d’un homme nommé Peter dans la localité de Ndop, région du Nord-ouest.

Selon le site Kontripipo.com qui indexe des individus sans foi ni loi se recrutant parmi les miliciens de l’Ambazonie (du nom de l’Etat indépendant que les sécessionnistes anglophones projettent d’édifier sur la partie du territoire camerounais constituée des régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest), un des séparatistes auteur de ce crime aurait lancé un avertissement à tous les pasteurs qui encouragent, au cours de leurs homélies, les populations à soutenir le plan de reconstruction gouvernemental. L’auteur du voice et ses complices terroristes auraient par la même occasion menacé d’élimination physique tout pasteur qui fera encore allusion à ce plan de reconstruction dans son église. Ladite église sera rasée, aurait-il ajouté.

On apprend également de Kontripipo.com que le séparatiste qui a tué Peter répondrait au nom de Njoya Etienne Nohkenya

Le régime Biya et son ministre de l’AT accusés par le camp adverse des crimes de sang mis sur le compte des combattants armés anglophones

A en croire des personnes dont on peut aisément deviner le penchant, le site kontripipo.com –lisez “country people” pour “compatriotes” en langue pidgin-english, est très proche des autorités de Yaoundé, notamment du ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji (un anglophone du Nord-ouest en rupture de ban avec ses congénères qu’il détesterait fortement et qui le lui rendent bien), et aurait reçu pour mission à sa création, de noircir systématiquement les sécessionnistes anglophones en leurs imputant les pires cruautés imaginables. Les mêmes voudraient que de nombreux assassinats prêtés aux séparatistes et/ou sécessionnistes ambazoniens anglophones soient de purs montages photos et vidéos effectués dans les laboratoires des partisans du régime camerounais pour diaboliser les tenants de la séparation des deux anciens Cameroun jadis sous les tutelles respectives de la France et de la Grande Bretagne : « Parfois, on parle d’assassinat de tel ou tel par des sécessionnistes, et des mois plus tard, vous rencontrez la personne assassinée dans une autre ville ou au Nigeria en train de faire des affaires florissantes. Vous en parlez, mais personne n’y accorde plus d’attention. Mais on peut aussi vous parler d’un autre assassinat commis par les sécessionnistes dans une ville, mais vous avez beau vous renseigner dans toute la ville, aucune trace de deuil, mais les images circulent sur les réseaux sociaux où on interpelle les ONGs de défense des droits de l’homme en leur disant qu’ils ne font et ne disent rien quand les terroristes tuent ».

Les mêmes sources avouent cependant que d’autres assassinats dont les sécessionnistes anglophones sont accusés sont bien réels, mais ne sont commis pas leur fait car commis par les groupes mis sur pied par le même régime, aux mêmes fins.

Bien évidemment ces thèses plutôt favorables aux sécessionnistes ainsi lavés des crimes qui leur sont imputés comme s’ils allaient à cette guerre la fleur au fusil, peuvent aussi participer d’une propagande montée par ces derniers pour se donner le beau rôle.

De toute façon, il n’est donc jamais question que d’ un jeu de ping-pong des responsabilités criminelles, autrement dit, d’une rocambolesque farce dont les véritables dindons sont, d’une part, les personnes assassinées ou blessées, et d’autre part, les opinions publiques nationales et internationales ainsi baladées sur les sentiers du mensonge le plus éhonté.

Au regard de ce qui précède, on comprend que le seul véritable souhait des Camerounais soit de voir la communauté internationale contraindre les parties belligérantes, y compris par la force, de faire la paix, quelle que soit la forme qu’elle prendra, fut-ce l’indépendance de la soi-disant Ambazonie, pour qu’il soit fait grâce à l’humanité des spectacles insoutenables des êtres humains se transformant en barbares et autres vampires, que l’on imagine la gueule et les griffes couvertes du sang de leurs victimes. Quitte, bien sûr, à ce qu’une fois la situation normalisée, les sauvages viscéraux de tous bords aient à répondre de leurs crimes de guerre et contre l’humanité. Car on ne le dira jamais assez, aucune cause indépendantiste, pas plus qu’aucune loi d’un Etat, ne justifiera jamais qu’un être humain, quoi qu’on lui reproche, soit traité par son semblable avec cette cruauté et cette monstruosité dont témoignent les images effroyables (1, 2, 3, 4, et 5) de Peter publiées sans pudeur, ni précaution par kontripipo.com, au risque de donner du crédit aux tenants de la thèse selon laquelle certains assassinats ne sont pas toujours perpétrés par ceux que l’on accuse.

Même dans les films d’horreur, on ne donne plus à voir ce que les assassins de tous bords qui se livrent joyeusement aux meurtres au Cameroun anglophone offrent au monde en plein 21ème siècle.

Comme pour démontrer que dans cette partie du Cameroun où l’on dit avoir enregistré à ce jour plus de 12.000 morts, (plus de 40.000 selon d’autres sources), plus de 700.000 déplacés internes environ 60.000 réfugiés sans compter les plus d’un demi million de jeunes en âge scolaire ne pouvant plus aller à l’école du fait des mots d’ordre de villes mortes lancés par les séparatistes, la réalité peut aller plus loin que la fiction !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter