Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 08Article 617572

Actualités of Wednesday, 8 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Décès de Mirabelle: quand Maurice Kamto en personne s'en mêle

Maurice Kamto et Mirabelle Maurice Kamto et Mirabelle

• Maurice Kamto vient de publier un communiqué sur l'affaire Mirabelle

• Pour le président du MRC, la jeune dame est une victime de la haine qui pollue l'espace public camerounais

• Il exige que la justice s'active pour condamner les auteurs de la diffamation et autres maux dont Mirabelle a été victime


Dans un communiqué signé le 7 septembre mais publié ce mercredi 8, le président du MRC, Maurice Kamto a présenté ses condoléances à la famille de Mirabelle et demandé aux autorités que justice soit rendue à la dame décédée le 6 septembre dernier.

"J'ai appris avec consternation le décès, dans des conditions non encore élucidées, de la jeune Christelle Mirabelle LINGOM, survenu le lundi 6 septembre 2021. J'adresse à la famille de la défunte les condoléances attristées du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) auxquelles je joins les miennes propres ainsi que l'expression de ma compassion émue.
Le décès de Christelle Mirabelle LINGOM doit interpeler l'ensemble des citoyens que nous sommes, autant que les responsables publics de notre pays, en raison de l'ambiance exécrable qui a été créée et entretenue autour du drame vécu par cette jeune compatriote, dans l'indifférence totale de notre société et surtout des pouvoirs publics, particulièrement de la Justice.
Quel que soit le résultat des enquêtes qui, je l'espère, seront ouvertes, on peut d'ores et déjà affirmer que Christelle Mirabelle LINGOM est une authentique victime de la haine qui pollue notre espace public, en particulier depuis 2018, dans l'indifférence générale, notamment des pouvoirs publics et des organisations de la société civile, même celles spécialisées dans la défense des droits de l'Homme", écrit Kamto.

"J'espère que les services publics compétents, notamment ceux de la police/gendarmerie et de la justice s'activeront, sans délai, pour identifier et poursuivre en justice tous ceux qui ont anéanti la dignité et la vie de Christelle Mirabelle LINGOM par le viol, tout comme ceux qui ont participé directement ou indirectement à la campagne haineuse contre cette jeune compatriote. Il est temps que le pouvoir prenne enfin des mesures fortes contre la haine dans l'espace public camerounais. Les mesures espérées sont indispensables si nous voulons épargner notre société de drames similaires", ajoute-t-il.

Camerounweb a appris la mort de Mirabelle Lingom auprès de ses parents dans l'après-midi du 6 septembre dernier. La jeune fille accusée à tort par les militants du PCRN Fritz Messey Messey, Jean Louis Batoum, Clotaire Nguedjo et Julien Bapes Bapes d’avoir participé à une sextape avec le lanceur d’Alerte Paul Chouta a perdu la vie dans des conditions troubles. Elle avait porté plainte contre ses détracteurs qui avaient tenté par tous les moyens de ternir son image.

Quelques jours après avoir saisi les autorités judiciaires Lingom a été agressée avant d’être violée par des individus non identifiés. Pour l’heure, les causes du décès de la demoiselle ne sont pas encore élucidées. Elle a rendu l'âme à l'hôtel Hôpital de la cité des palmiers à Douala.

Aux dernières nouvelles, Mirabelle Lingom avait maintenue sa plainte contre Fritz Messey Messey, Jean Louis Batoum, Clotaire Nguedjo, Julien Bapes Bapes. Selon les sources, elle a confié à ses avocats qu’elle ne souhaite avoir aucun règlement à l’amiable de l’affaire.

Rejoignez notre newsletter!