Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 21Article 591379

General News of Wednesday, 21 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Décès de Germaine Ahidjo: l'émouvant message de Marafa Hamidou Yaya

Décédée dans la nuit de lundi à mardi, l'ex-première dame du Cameroun, Germaine Ahidjo continue d'être honorée par les Camerounais de toutes les couches du pays.

Depuis sa cellule, l'ancien collaborateur de Paul Biya, Marafa Hamidou Yaya a présenté ses condoléances à la famille de la disprue et précise que "ce qui reste vivant au-delà de sa disparition, c’est l’exemple des qualités qu’elle a su incarner dans son fier combat pour le retour de la dépouille de son mari dans sa terre natale et pour la réhabilitation de sa mémoire, ainsi que dans sa digne résistance aux épreuves de l’éloignement de sa patrie. Un exemple qui éclaire le chemin que doit suivre notre nation : celui de l’unité et de la réconciliation."

Ci-dessous l'intégralité du message de Marafa Hamidou Yaya

Madame AHIDJO, veuve du premier Président de la République du Cameroun, s’est éteinte cette nuit à Dakar. Je dis bien « éteinte », car elle portait dans son cœur la flamme ardente de l’amour de son pays, une flamme que presque quarante ans d’exil n’avaient pas fait vaciller, et que seule la mort a fait tomber.

Ce qui reste vivant au-delà de sa disparition, c’est l’exemple des qualités qu’elle a su incarner dans son fier combat pour le retour de la dépouille de son mari dans sa terre natale et pour la réhabilitation de sa mémoire, ainsi que dans sa digne résistance aux épreuves de l’éloignement de sa patrie. Un exemple qui éclaire le chemin que doit suivre notre nation : celui de l’unité et de la réconciliation.

A sa famille et à ses proches, j’adresse mes condoléances émues et reconnaissantes, auxquelles se joignent, je le sais, les Camerounaises et les Camerounais.

Ayons à cette occasion une pensée de gratitude particulière pour le peuple et l’Etat sénégalais, qui ont prêté hospitalité et soutien au Président AHIDJO et à son épouse. Leur exil n’en a pas été moins cruel, mais il en a été moins pénible.