Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 20Article 536068

General News of Thursday, 20 August 2020

Source: www.camerounweb.com

Curiosité: voici l'origine des noms de 10 quartiers de Douala

Avec près de 4 millions d'habitants, Douala est la 2e ville la plus importante du Cameroun. Camerounweb vous propose de découvrir l'origine des noms de 10 quartiers de la capitale économique du Cameroun.


Deido: A l’ origine de ce nom un bâtiment naval anglais nommé « Didot» qui accoste sur les berges du Wouri. La présence de ce bateau attirait de nombreux curieux qui venaient un peu de partout l’admirer tout en le rendant aussi populaire. Au point où toute personne qui s’y rendait, prononçait le name du bateau en référence. Avec l’arrivée de nombreux white sur la côte, ce nom subit de multiples transformations jusqu’à cette appellation finale.

New Bell: De manière littérale, ce nom veut dire « nouveau territoire des Bell ». Pendant la période coloniale, les allemands avaient décidé de chasser les Sawa du plateau Joss. Pour les recaser, la zone de New Bell a été choisie à cet effet. Ah Loba ! Au cours de cette opposition, Rudolf Douala Manga Bell et Ngosso Din sont pendus. Finalement, les Bell n’occuperont pas ce quartier, car deux ans plus tard, les allemands sont contraints de quitter le Kamerun à cause de la guerre. C’est à Bali que les Bell vont s’installer après avoir négocié avec l’administration française.

Njong Mebi: C’est un nom qui signifie «la route des défécations» en langue Ewondo. Pendant la période coloniale, cette rue était très sollicitée par les populations majoritairement Béti. Durant leur passage sur cette route, ils ont constaté qu’elle était très insalubre d’où ce nom.

Carrefour Ange Raphael: Père, si tu cherches un étudiant de l’Université de Douala avant ou après le cours fait un tour à Ange Raphael. En dehors des bars et des snacks qui font la réputation de ce carrefour, c’est aussi le grand marché de services en bureautique et en informatique. Mais, cette zone de joie n’a pas échappé à son histoire. Il se dit que dans les années 1960, ce carrefour faisait déjà parlé de lui à cause d’un bar très populaire qui portait ce nom. Résultat : Le vin continue de couler à flot jusqu’aujourd’hui.

Koumassi: Ce nom a été donné par les esclaves d’origine ghanéenne en transit au Cameroun pour être vendus. Mais cela n’a pas pu se faire à cause de l’abolition de l’esclavage. Et les chefs Sawa qui attendaient les bateaux négriers ont été obligés de leur donner des terres pour qu’ils s’installent. D’où le nom « Koumassi » pour marquer leur territoire et se souvenir de leurs origines.

PK 8, 9, 10, 11, 12, 13,14 etc… Ce diminutif naît de la volonté des colons d’étendre la ville, le long du chemin de fer, du port jusqu’à l’intérieur. Et cela permettait aussi de déterminer la distance des travailleurs de chez eux jusqu’au port. C’est à dire que hein ? Lorsqu’un travailleur quittait le port pour le pk 5 ou inversement, on disait qu’il a fait 5km. De même pour les autres distances, car la zone portuaire était le point de départ.

Ngonsoa: Ce nom signifie «monde nouveau». Pourtant le nom officiel reconnu par les autorités est Kassalafam. L’arrivée massive des peuples majoritairement Bamiléké qui pratiquent le commerce, voient en cet espace un lieu propice pour faire les affaires. Pour marquer leur présence, donne ce nom en dépit de celui reconnu officiellement.

Carrefour trois voleurs: C’est l’une des destinations du quartier Bonapriso qui étonne toujours les usagers. Les gens n’arrivent pas à comprendre qu’un nom pareil puisse exister. L’histoire dit que dans les années 1970, le gouvernement avait lancé une opération au cours de laquelle trois hauts fonctionnaires ont été reconnus coupable de détournement. Les preuves de cet acte sont la construction de trois immeubles de luxe appartenant à chacun des trois. Des immeubles toujours visibles de nos jours entre le carrefour hôtel de l’air et la boulangerie goodies. le gouvernement a changé au profit de Place Diman Soppo Ekambi en hommage au commandant en chef des troupes de Bonapriso qui combattait les forces allemandes en décembre 1884..

Bonanjo, Bonapriso, Bonaberi, Bonamoussadi etc… : Le préfixe Bona détermine le clan qui s’est formé à la suite des guerres tribales et signifie « la famille de». L’histoire raconte que, l’aîné lorsqu’il était en âge de se marier, il avait le droit de quitter la case paternelle pour aller former la sienne tout en gardant les liens avec sa famille d’origine. Et c’est la raison pour laquelle, chaque fois qu’un premier né réussissait à conquérir un territoire, il l’attribuait le nom de ses origines en y ajoutant le sien. Ce qui donne Bonanjo : la famille de Njo etc…

Nkololoun: signifie « la colline de la colère» en langue béti. Son origine vient du fait que les Bétis, considérés comme les premiers occupants de ce quartier auraient combattu d’autres populations étrangères dans le but de préserver leur territoire. Vous comprenez pourquoi les commerçants du marché Nkololoun sont un peu belliqueux .

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter