Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 31Article 538381

General News of Monday, 31 August 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Crise au RDPC, départ de Biya du pouvoir: le clan Beti -Bulu au bord d'une guerre explosive

La République du Cameroun est évidemment au bord d'une guerre civile, plus vraisemblablement une guerre tribale, provoquée par les tribus Beti, Bulu et Ewondo des régions du Centre et du Sud. Le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, le professeur Maurice Kamto, a invité toutes les entités politiques, y compris la diaspora, à unir leurs efforts pour évincer le président Paul Biya, 87 ans.

Les hommes et les femmes de Beti Ewondo, les milices armées Bulu, y compris les officiers supérieurs de l'armée, tous soutenant le président Biya, sont prêts à lancer des attaques contre les Bamileke qui font pression pour le changement à Etoudi.

Les habitants de Yaoundé se prépareraient à un scénario cauchemardesque car ils croient qu'il y a une perspective que les loyalistes de Biya se battent pour conserver le pouvoir et refusent d'accepter tout résultat qui maintiendrait le parti au pouvoir RDPC hors du gouvernement.

Biya et ses proches se préparent également au combat attendu et le régime fait tout pour intimider la population de la capitale avec de fausses alertes à la bombe régulières.

Le professeur Maurice Kamto a blâmé les combats dans le sud du Cameroun sur le régime de Biya et il presse également le gouvernement de réformer la loi électorale qui a légalisé la fraude électorale, la suppression des électeurs, les irrégularités, les scrutins tardifs et les longues files d'attente aux urnes qui sont des problèmes souvent fabriqués. par ELECAM, l'organisme français camerounais chargé de l'organisation des élections organisées par des personnes désignées par le président Biya.


Depuis les élections parlementaires Kaki et Verts de 1988, le syndicat du crime au pouvoir du RDPC a excellé dans la truquage de ses propres élections internes pour les favoris du parti et le président national Paul Biya en supprimant et en ciblant les challengers potentiels. Feu Ayissi Mvodo, le professeur Titus Edzoa et Albert Nzongang ont tous été victimes.

La situation au Cameroun français est devenue très compliquée. Certes, ce qui est différent dans cet appel récent du professeur Kamto, c'est que les élites politiques et militaires de Beti Bulu Ewondo, qui travaillent généralement des heures supplémentaires pour réprimer les citoyens d'autres origines ethniques les jours d'élections, ont désormais un président dont la fin est imminente!

Un résultat probable est qu'il pourrait y avoir une scission majeure dans l'armée française du Cameroun si quelqu'un de la famille Biya est choisi pour succéder au dictateur de 87 ans. Les deux côtés de la division franco-camerounaise «se francisent» à Paris pour un combat épique.

Les conditions au Cameroun français sont désastreuses maintenant. La République du Cameroun est au bord d'une guerre civile, plus vraisemblablement une guerre tribale. Même si Biya accepte de sortir, une telle guerre pourrait encore être en vue, car certains partisans de la ligne dure du RDPC ont faim d'une telle guerre contre les Bamileke depuis des décennies et l'émergence du départ imminent du professeur Kamto et de Biya a donné le feu vert au plan.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter