Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 27Article 593458

General News of Tuesday, 27 April 2021

Source: cameroonintelligencereport.com

Crise au NOSO: Ngolle Ngolle et Elung Paul condamnés à mort

Alors que le gouvernement de Yaoundé compte encore sur le temps pour résoudre la crise du sud du Cameroun qui a fait près de 7 000 morts, les combattants ambazoniens, pour leur part, contrôlent toujours la vie au sud du Cameroun.

Malgré une baisse des tensions et une réduction de la violence gouvernementale, les choses ne prennent pas vraiment forme, avec l'économie du sud camerounais toujours dans le marasme.

Les décrets de villes fantômes sont toujours observés dans les deux régions anglophones du pays et se rendre dans de nombreuses villes du nord-ouest du pays reste un défi de taille, d'autant plus que les combattants ambazoniens ont leurs points de contrôle dans les deux régions anglophones.

Le gouvernement de Yaoundé semble avoir compris que la force ne la coupera sûrement pas, d'autant plus que quelque 3000 soldats ont été envoyés dans une tombe précoce, avec plus de 4000 souffrant de divers handicaps et de troubles de stress post-traumatique en raison de l'extrême violence qui a joué. au sud du Cameroun.

Mais la sagesse du gouvernement semble être venue un peu trop tard car la colère et la frustration des Camerounais du Sud sont toujours palpables et cela peut facilement être ressenti dans de nombreuses régions des deux régions anglophones du pays ainsi que parmi la diaspora camerounaise du Sud. .

À Kupe Muanenguba, dans la région du sud-ouest, les combattants ambazoniens sont toujours très amers et ils ne sont pas pressés d'abattre leurs armes, d'autant plus que le gouvernement de Yaoundé fait peu ou rien pour que les choses reviennent à la normale.

La colère des combattants de Kupe Muanenguba est dirigée contre les dirigeants politiques de leur division et cela les a poussés à prononcer des condamnations à mort au professeur Elvis Ngolle Ngolle qui avait déclaré une fois qu'il n'y avait pas de problème sud-camerounais et Elung Paul Che accusés par les combattants de retarder leur développement.
Lecteur vidéo
Bien que les combattants n'aient pas encore prouvé comment Elung Paul retarde le développement de leur division, ils soulignent cependant que son soutien indéfectible au parti au pouvoir, populairement connu sous le nom de syndicat du crime, est la preuve qu'il travaille contre la volonté du peuple.



S'adressant au correspondant du Cameroon Concord News Group à Bangem, certains des combattants ont déclaré que l'estomac distendu et les mâchoires en expansion d'Elung Paul Che étaient une preuve claire et irréfutable qu'il bénéficiait de la sueur et du sang des habitants de Kupe Muanenguba.

Ils ont ajouté que s'il aimait son peuple, il aurait soumis sa démission à un gouvernement déterminé à détruire la vie du peuple.

Les combattants ont juré de ne pas commuer les condamnations à mort prononcées contre Elung Paul et Ngolle Ngolle, qui, à leur avis, ne se repentent pas de leurs crimes et péchés contre la population.

Les combattants, qui ont choisi l'anonymat, ont déclaré qu'ils donneraient suite à leurs menaces, d'autant plus que le gouvernement est engagé dans des actes et des actions de provocation.

Pendant ce temps, dans de nombreuses régions du sud du Cameroun, les balles volent encore tandis que les bombes explosent également.


À Kumbo, dans la région du nord-ouest, des camions de l'armée ont explosé lundi alors qu'ils se frayaient un chemin à travers le terrain accidenté et les routes dangereuses.

Les combattants sont toujours très déterminés à infliger plus de douleur aux soldats qu'ils accusent d'avoir tué les membres de leur famille.

S'il y a un semblant de paix dans les deux régions anglophones du pays, de nombreux résidents estiment toujours qu'il est très risqué de vivre dans la région.

Ils soutiennent que si une paix véritable doit revenir dans les deux régions, le gouvernement et diverses factions doivent chercher un moyen de mettre fin à la violence qui n'est malheureusement pas correctement signalée.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter