Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 03Article 524698

General News of Friday, 3 July 2020

Source: www.camerounweb.com

Crise au MRC : les vérités de Bibou Nissack


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Depuis que le parti a décidé de renoncer aux élections municipales et législatives du 09 février 2020, la sérénité a fuit la famille politique de Maurice Kamto. Les divergences sont devenues perceptibles avec les sorties osées des cadres du parti comme Celestin Djamen ou encore Michelle Ndoki. Interrogé sur le sujet, Bibou Nissack, le porte-parole de Maurice Kamto estime que le boycott était la meilleure décision à prendre.


« Si nous avions participé à ces législatives, on nous aurait dit "cessez donc de réclamer des réformes, puisque pour ce qui vous concerne tout va bien. Or s'agissant des réformes et notamment celles portant sur le système électoral, le pari du président élu à l'époque où il était candidat à l'élection présidentielle était de dire "allons à l'élection présidentielle, donnons tout ce qu'on a et une fois que les Camerounais auraient porté leur choix sur nous éventuellement, et bien impulsons toutes ces réformes. Nous aurions perdu notre crédit si nous étions partis à ce double scrutin parce que les mêmes causes produisant les mêmes effets, les fraudes qui ont contrarié l'élection de 2018, auraient produit les mêmes conséquences s'agissant du double scrutin de février », explique-t-il.



Présidentielle 2025 : le MRC dévoile sa stratégie sur RFI


En boycottant les élections municipales et législatives du 09 février 2020, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) savait qu’il courrait le risque de ne pas être en mesure de présenter de candidat à la présidentielle de 2025. Interrogé sur la question sur RFI, Bibou Nissack a semblé dans un premier temps déclaré que Maurice Kamto le leader du MRC n’était pas intéressé par une élection présidentielle dans l’état actuelle des choses.


« Notre leader, le Prof. Maurice Kamto, le président élu ne renonce pas à ce qui est l'essentiel, c'est à dire l'avènement au Cameroun d'un Etat démocratique. C'est l'enjeu et c'est ce pourquoi il se bat(...) je vous ferai remarquer qu'aujourd'hui, il ne sert à rien de présider ou de gouverner le Cameroun si vous avez la situation au Nord-Oues et au Sud-Ouest si vous avez la généralisation du marasme qui sape l'existence de notre Etat. Peut-on discuter avec des gens qui pratiquent des disparitions forcées et des exécutions sommaires extrajudiciaires comme c'est le cas de Monsieur Wazizi », s’est-il interrogé.


Cependant face aux multiples relances du journaliste, Bibou Missak a finalement dévoilé le plan du MRC. Le parti de Maurice Kamto compte empêcher les prochaines élections au Cameroun jusqu’à satisfaction de ses exigences.
« Il n'y aura au Cameroun aucune élection de quelque nature qu'elle soit dorénavant tant que ne sera pas soldé le passif de l'élection présidentielle de 2018 et tant que la crise au Nord-Ouest et au Sud-Ouest ne sera pas réglée », a déclaré le porte-parole de Maurice Kamto.

Evoquant les violations massives des droits de l’homme au Cameroun, Nissack conteste les résultats de l’enquête commanditée par Paul Biya après l’assassinat par l’armée camerounaise des femmes et enfants à Ngarbuh (Nord-Ouest du Cameroun).


« La mise sur pied de cette commission d'enquête a été une pirouette du régime illégitime pour échapper à ses responsabilités. D'ailleurs les résultats de la commission d'enquête ont été rendus en avril et ces résultats n'ont ciblé que les menus fretins. Tout s'est passé comme dans l'armée camerounaise, il n'existe pas une chaine de décision et que la hiérarchie militaire est celle qui mouvemente les hommes de troupe. C'est un scandale, les résultats de cette commission d'enquête parce que les responsabilités n'ont pas été établies et pour ce qui est des sanctions, on attend toujours » , a-t-il lancé.
Sur la question de la succession de gré à gré au sommet de l’Etat, Nissack estime que le régime a fait un rétropédalage à la dernière minute.


« Sur la question du gré à gré, nous avons pris acte dans ces propos, de ce qu'il y avait eu un recul du régime sur cette question et que pour l'instant cela est renvoyé aux calendes grecques. Le serpent se mord la queue et nous revenons au statu quo hanté.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter