Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 19Article 514186

Politique of Tuesday, 19 May 2020

Source: Cameroon Info

Crise au MRC: Siméon Kuissu doute du subit et étrange lien entre Michelle Ndoki et Kah Walla

L’enseignant a réagi à la publication de l’avocate, Michèle Ndoki, appelant les militants du MRC à tourner la page du «hold-up électoral».

Le rapprochement entre Michèle Ndoki, vice-présidente des femmes du MRC, et la présidente du Cameroon People’s Party, Edith Kah walla, se précise de plus en plus. Dans des récentes sorties, les deux femmes politiques ont appelé les militants du MRC à tourner la page du «hold-up électoral».

Des appels qui «laissent l’opposition dans l’impasse tout en tentant de détourner les militants du MRC de la ligne politique de leur parti», écrit Dr Siméon Kuissu, enseignant, dans un texte publié dans les colonnes du quotidien Le Messager, édition du 19 mai 2020.

Pour l’opposant, «la nouvelle alliance entre Kah Walla et Ndoki est étonnante car une contradiction radicale les sépare; KW ne veut aucune élection tandis que MN est partisane des élections; la preuve c’est qu’elle était candidate et qu’elle a mal pris le retrait du MRC du scrutin du 09 février dernier. Qu’est-ce qui a donc pu les rapprocher ? On constate que le RDPC aussi est très remonté contre la dénonciation du hold-up électoral; ses porte-voix sur les médias et autres réseaux ont mal au ventre quand ils entendent "le président élu"».

«Est-ce que la position de président élu qui refuse le hold-up électoral empêche l’opposition de lutter de concert pour l’amélioration de la loi électorale, pour la libération des prisonniers politiques, pour la fin de la guerre du NOSO, pour ne citer que quelques exemples sans oublier notre guerre nationale contre le fameux Coronavirus. Les champs de lutte commune ne manquent pas. Ces luttes peuvent se déployer dans le cadre de stratégies autonomes convergentes qui permettent à chaque parti de garder sa personnalité», soutient-il.

L’enseignant affirme que «celui qui réduirait l’action politique du MRC à un président élu qui passerait son temps à protester contre le hold-up électoral n’aurait donc pas écouté la plaidoirie de MK devant la Cour Constitutionnelle en octobre 2018, ni pris connaissance du plan nationale de résistance qu’il a lancé, ni observé les actions politiques diverses et variées que le MRC déploie sans relâche depuis janvier 2018, qui sèment la panique à Etoudi, et la perplexité à l’Elysée. Quand on voit comment le RDPC se fait lui-même des nœuds autour du cou, on ne sera pas étonné qu’un jour il s’étrangle tout seul».

Celui qui ne cache pas sa préférence pour le leader du MRC rappelle que «voici plus de 25 ans que je dis et redis que la faiblesse de l’opposition camerounaise réside essentiellement dans l’absence de leadership. Ce leadership est enfin apparu en 2018 avec l’irruption magistrale de M K sur la scène politique. C’est mon opinion. Son leadership, ce n’est pas le verbe. On l’a vu sur le terrain. On a lu ses écrits. On voit son action».

Si les autres leaders qui se positionnaient avant lui travaillent vraiment pour le même but (le changement), poursuit-il, «il y a lieu de s’entendre et de se partager les rôles au lieu de tirer des flèches acérées contre un parti d’opposition pour le plus grand bien du pouvoir. Dans tous les cas il y aura un seul chef, pas deux !».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter