Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 10 19Article 474309

General News of Saturday, 19 October 2019

Source: camerounweb.com/voanews.com

Crise anglophones: les sécessionnistes ouvrent des écoles communautaires

Des groupes sécessionnistes dans certaines régions du Cameroun ont ouvert des ‘écoles communautaires’ pour remplacer les écoles gérées par le gouvernement qui ont été fermées au cours des trois dernières années. Cependant, le gouvernement exhorte les parents et les élèves à rester à l'écart des installations gérées par les sécessionnistes.

La plupart des écoles du Nord-ouest et du Sud-ouest sont fermées depuis novembre 2016, peu après que des enseignats se soient mis en grève pour protester contre ce qu'ils ont appelé la marginalisation des anglophones par la majorité francophone du Cameroun.

Des groupes séparatistes armés ont commencé à se battre contre le gouvernement l'année suivante.

Cette semaine, les séparatistes ont déclaré avoir ouvert neuf ‘écoles communautaires’, qui occupent des espaces publics vides, tandis qu’ils négocient la prise en charge d'immeubles scolaires abandonnés appartenant à des confessions chrétiennes.

Paul Jua, âgé de 37 ans, est heureux que ses enfants puissent aller à l'école, bien qu'il affirme que les écoles communautaires ne suffisent pas.
"Les écoles communautaires ne peuvent pas couvrir [ne sont pas assez pour] les enfants qui sont à la maison. Ils doivent donc aussi essayer d'encourager les institutions privées à ouvrir leurs portes", a déclaré Jua.

Le gouvernement, qui s’oppose aux écoles dirigées par les séparatistes, insiste sur le fait que les écoles publiques ouvertes sont protégées et sûres.

Wilfred Wambeng, responsable de l'éducation de base au Cameroun pour la région anglophone du Nord-Ouest, a déclaré que le gouvernement avait demandé aux familles d'envoyer leurs enfants uniquement dans des écoles publiques, privées et religieuses reconnues par le gouvernement, car seules ces écoles disposent d'enseignants qualifiés.
"Nous avons eu des réunions, en particulier avec nos agences d'éducation privées laïques. Nous leur conseillons de se lancer dans une campagne agressive [contre les écoles séparatistes]", a déclaré Wambeng.

Les Nations Unies rapportent qu'au moins 2 000 personnes ont été tuées et 500 000 déplacées à l'intérieur du pays pendant la guerre séparatiste au Cameroun.