Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 18Article 513670

General News of Monday, 18 May 2020

Source: cameroonvoice.com

Crise anglophone : le dangereux double jeu de Paul Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Depuis le début du conflit armé entre l'armée camerounaise et les groupes pro-sécessionnistes depuis près de 3 ans maintenant, chaque mesure prise par le régime Biya, pour mettre fin au conflit, continue de révéler l’attachement du régime à son manque de sincérité pour résoudre pacifiquement la guerre avec les pro-sécessionnistes. La raison principale en est que le gouvernement a décidé de tourner autour du pot, en contournant les causes profondes du conflit en usant un double de jeu pour apaiser la pression internationale persistante.


À chaque fois, le gouvernement nous donne l’impression que la guerre dans les régions anglophones est terminée, prétendant qu’il n’y a pas de guerre pour éviter les pressions internationales soutenues sur lui pour appeler à un dialogue inclusif avec les acteurs pro-indépendantistes. En même temps, le gouvernement a décidé unilatéralement d’adopter des mécanismes de résolution des conflits, tels que des actions d’aide humanitaire, des programmes de démilitarisation, de démobilisation et de réintégration (DDR), un dialogue national majeur, qui se sont révélés totalement insignifiants pour déterminer l’issue du conflit armé. Au contraire, il a incité les pro-sécessionnistes à intensifier leurs actions dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO).

Par conséquent, il n’y a aucune raison de croire que le récent plan de reconstruction des régions anglophones, lancé par le gouvernement aboutira à un quelconque succès sans un appel au cessez-le-feu de la part des deux parties dans le conflit. Dans la résolution des conflits, les cessez-le-feu sont généralement considérés comme le point de départ d’un processus de paix. Tout indique qu’ils ont dépassé ce mécanisme essentiel pour ouvrir la voie à un processus de paix. C’est pour cette raison que le pape et le secrétaire général des Nations unies ont récemment ajouté leurs voix à la pression internationale exercée sur le régime Biya pour qu’il appelle à un cessez-le-feu et entame un dialogue inclusif avec les groupes pro-sécessionnistes. Selon un article publié le 10 mars 2020 dans Crux, un journal en ligne qui se concentre sur les nouvelles relatives à l’Église catholique.

L’article fait écho au fait que “le pape François et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres ont renouvelé leur pression sur le gouvernement camerounais pour trouver des solutions durables au problème anglophone”. Selon Crux, un responsable du gouvernement a déclaré qu’ils pourraient entamer très prochainement des discussions sur un cessez-le-feu avec les pro-sécessionnistes. Cependant, cela vient témoigner du fait que la communauté internationale est une fois de plus déçue et insatisfaite des mesures prises par le gouvernement pour mettre fin au violent conflit au Cameroun. En outre, le double jeu du régime ne contribue pas à renforcer la confiance aux yeux du monde en ce qui concerne la volonté du gouvernement de résoudre le conflit.

Malheureusement, le gouvernement persiste dans son entêtement à mettre en œuvre des mesures incohérentes qui ne portent pas leurs fruits. Il est important qu’ils sachent que s’ils veulent continuer à faire preuve de ruse dans ce conflit, pour gagner du temps, la situation va continuer à s’aggraver. Car, il en faut deux pour commencer une guerre et il en faut aussi deux pour y mettre fin ; à moins qu’une partie ne soit capable de vaincre complètement l’autre partie. En fait, c’est ce que ce gouvernement souhaite dans sa lutte pour gagner du temps. Ils sont animés par l’illusion que plus ils adopteront des mesures fictives dans leur tentative de satisfaire la communauté internationale, tout comme le Grand Dialogue National organisé en septembre 2019, l’armée camerounaise serait capable d’écraser et de vaincre les forces pro-sécessionnistes.

Dans cette optique, elle donnera l’impression que le régime Biya a réussi à vaincre les combattants pro-sécessionnistes. Malheureusement, la guerre se poursuit.Cependant, les experts en résolution de conflits ont démontré que dans l’ère post-guerre froide, au moins 90% des conflits intraétatiques se sont terminés par un accord de paix entre le gouvernement et les mouvements armés de libération. Par conséquent, comme les pro-sécessionnistes de la diaspora sont déterminés à poursuivre le conflit armé, l’armée camerounaise serait très exposée à une guerre asymétrique, compliquée à gérer. De plus, la population ne semble pas faire suffisamment confiance à l’armée pour collaborer avec elle, comme ce fut le cas dans la lutte contre la secte terroriste islamiste Boko Haram, dans le nord du Cameroun.

Par conséquent, l’espoir du gouvernement de voir une solution militaire pour mettre fin au conflit pourrait être anéantie. D’autre part, cela pourrait entraîner des exterminations plus désagréables comme le cas du massacre de Ngarbuh du 14 février 2020. Ainsi, nous pourrions voir l’intervention de la Cour pénale internationale (CPI) dans ce conflit. Avant de donner la raison de l’attachement du gouvernement camerounais dans l’utilisation de la tactique du double jeu dans ce conflit, il est important de noter que, généralement, le DDR et les programmes de reconstruction font partie d’un processus de paix et de reconstruction post-conflit établi dans un accord de paix entre les parties belligérantes. Il est clair que la situation actuelle dans le NOSO est loin de ce stade du conflit. La réalisation d’un programme de reconstruction dans cette zone de conflit sera une tâche ardue, étant donné que la sécurité des travailleurs n’est pas garantie.

Compte tenu du fait que ce conflit est une guerre asymétrique, les ouvriers seront des cibles faciles pour les combattants pro-sécessionnistes afin de décourager la mise en œuvre de l’initiative de reconstruction. Comme mentionné ci-dessus, pour le gouvernement, il s’agit d’une approche visée à tromper la vigilance de la communauté internationale comme un moyen de se libérer de la pression constante pour appeler à un dialogue inclusif. Il convient de noter que les États-Unis et l’Union européenne persistent dans ces demandes comme étant la seule issue pour résoudre pacifiquement ce conflit.

Pour conclure, je pense que la question la plus importante à se poser est de savoir pourquoi le régime Biya continue à jouer ces doubles jeux qui se sont avérés ne pas conduire à la paix mais ont plutôt incité les deux parties à plus de violence ? La réponse se trouve dans l’illégitimité du gouvernement. Il est clair que le pouvoir exercé par le gouvernement de Biya ne découle pas du peuple, et que celui-ci est donc contraint de recourir à la coercition pour se maintenir au pouvoir. Cela signifie que le mécanisme de résolution des conflits, qui vise souvent à modifier le statu quo par un dialogue sincère et inclusif, pourrait voir la fin de ce régime.

Le régime Biya a rejeté les concessions avancées par les partis d’opposition et les organisations de la société civile pour mettre en œuvre des réformes visant à rendre les institutions plus inclusives et responsables devant le peuple. Encore une fois, cela n’aide pas le gouvernement à être considéré comme un acteur digne de confiance pour rétablir la paix au Cameroun. Toutefois, je suis d’avis que la sécession n’est pas la solution à la crise politique et sécuritaire du Cameroun, mais plutôt la pression exercée par tous les Camerounais pour exiger des réformes politiques.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter