Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 30Article 531298

General News of Thursday, 30 July 2020

Source: Actu Cameroun

Crise anglophone: farouche guerre autour des négociations à cause d'une grosse somme

Sisiku Ayuk Tabe est le chef des sécessionnistes Sisiku Ayuk Tabe est le chef des sécessionnistes


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les tenants du processus engagé par l’ONG helvétique, le Centre pour le dialogue humanitaire, en vue de pourparlers avec les leaders sécessionnistes abrités à l’étranger, veulent supplanter les négociations avec la tête du mouvement sécessionniste. Au centre des batailles, le pactole de 11 milliards de Fcfa dédié à la médiation.

DEPUIS l’ouverture de négociations entre le gouvernement et les sécessionnistes à Yaoundé, le retour de l’initiative suisse se fait de plus en plus jour. Une délégation chargée de la médiation en séjour au Cameroun en vue d’évoquer la suite du processus en dépit des négociations déjà engagées Sisiku AyukTabe et quelques-uns de ses lieutenants emprisonnés à la prison centrale de Yaoundé. En fait, les bruits de la venue au Cameroun de cette mission helvétique dans nos murs viennent étaler au grand jour les dissensions gouvernementales au sujet de l’option à adopter pour un retour définitif de la paix dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Alors que de sources proches de l’initiative endogène, le dialogue avec les prisonniers serait plutôt bien engagé, les défenseurs du processus de Genève mettent en avant les exigences des séparatistes qui veulent discuter en terrain neutre. Mais au-delà de cette exigence, c’est le pactole de la médiation qui semble attiser les convoitises. 11 milliards de Fcfa seraient en cours de mobilisation par certains partenaires techniques en vue de conduire et de conclure le processus de négociations sous la coupole des médiateurs suisses.

La résurrection du processus suisse n’est cependant pas un fait ex-nihilo dans la mesure où au sein de l’appareil étatique chargé de résoudre la question anglophone, l’on ne parvient pas encore à s’accorder sur les éléments de langage ainsi que sur l’option finale à adopter. Les enjeux financiers importants que draine ce processus ne sont pas de nature à rasséréner les protagonistes.

Ainsi, les suisses de l’organisation Humanitarian Dialogue qui veulent mener des pourparlers sur la crise anglophone, déjà dans nos murs, n’entendent pas reculer pour eux aussi brasser ce pactole L’ouverture des négociations directes entre le camp du Premier ministre par l’intermédiaire des services de renseignement et Sisiku Ayuk Tabe, a été perçue par le camp d’en face comme une manœuvre visant à couper l’herbe sous les pieds de ces derniers, et à fragiliser une médiation abandonnée peu avant le Grand Dialogue de 2019. Une chose est sûre, chaque réseau va user des moyens peu orthodoxes et des coups sous la ceinture pour se positionner comme la meilleure option.

En tout cas, autant des dissensions et des incompréhensions sont palpables côté séparatistes, autant du côté du gouvernement, l’on n’a pas encore arrêté l’option définitive qui mettra sur la même table les protagonistes de cette crise. Dans ce contexte, nul doute que l’arbitrage du chef de l’Etat est attendu pour déterminer la pertinence et l’opportunité de chaque initiative dans le but de parvenir à une issue pacifique durable et définitive dans ce conflit.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter