Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 09 20Article 472279

General News of Friday, 20 September 2019

Source: franceinter.fr

Crise anglophone: des camions français au service de tortionnaires

La lutte contre le terrorisme est aussi au cœur d’affrontement au Cameroun entre l’armée et les djihadistes de Boko Haram qui terrorisent le nord du pays. Envoyés en première ligne, les forces spéciales du bataillon d’intervention rapide (BIR) se livreraient, selon les ONG, à des violences sur des civils. "Les membres du BIR ont commis énormément d'exactions, ont tué des centaines de civils, précise Ilaria Allegrozzi, spécialiste du Cameroun pour l'ONG Human Rights Watch. Certains sont arrêtés de manière arbitraire et détenus dans des conditions inhumaines, torturés dans des centres de détention illégaux."

D’autres exactions seraient commises par le BIR dans le cadre d’un conflit entre l’État et des sécessionistes anglophones dans le nord-ouest et le sud-ouest du pays. “Les abus, souvent, se passent alors que l'armée recherche des séparatistes dans des villages. Des opérations qui se transforment en véritable vengeance sur la communauté qui est accusée d'avoir des liens avec les séparatistes armés."

Là encore, des vidéos disponibles sur internet nous ont permis de découvrir que le BIR était notamment équipé de véhicules blindés Bastion, de fabrication française.

Vingt-trois engins de ce type ont été livrés au Cameroun en 2015 et en 2016, alors même que les autorités camerounaises étaient déjà mises en cause dans des rapports d'ONG. Officiellement, la France soutient la lutte contre Boko Haram et contre les terroristes. Une intention compréhensible qui est cependant questionnée par les réalités du terrain.