Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 11Article 555205

General News of Wednesday, 11 November 2020

Source: Actu Cameroun

Crise anglophone: au moins 8 personnes enlevées par des présumés séparatistes à Limbé

Cet autre enlèvement s’est produit dans la journée du lundi 9 novembre 2020, au village de Livanda.

Selon nos sources, au moins huit personnes ont été enlevées par des hommes armes lundi dernier au village Livanda situe a Limbé dans la région du Sud-Ouest. Selon notre confrère The Advocate, les victimes ont été conduites dans la foret. Il est dit que parmi les gens enlevés, il y avait une femme enceinte qui aurait été relâchée. «Des agents de sécurité sont dans le village pour effectuer une recherche», a indiqué le journaliste Tarhyang.

Selon les habitants de la ville anglophone, Limbe était un havre de paix comme beaucoup de villes camerounaises. Seulement depuis que le conflit anglophone s’est enlisé, les groupes armés qui sévissent au Nord-Ouest et au Sud-Ouest font des pieds et des mains pour briser cette paix.

Avant l’enlevement de lundi dernier, le 4 novembre 2020, un groupe d’une dizaine «d’individus cagoulés, armés de couteaux et de charmes a fait irruption dans les locaux du Kulu Memorial Comprehensive High School Limbe vers midi. Les hommes armés ont déshabillé trois enseignantes et vingt élèves avant de leur ordonner de quitter les locaux de l’école sans vêtements.



«Après avoir fermement ordonné aux élèves et enseignants de se déshabiller, et les avoir soumis à des sévices physiques et autres violences physiques, les assaillants ont saccagé les locaux et incendié une grande partie de l’établissement», a déclaré Emmanuel René Sadi, ministre de la Communication.


Hormis la consternation qu’a généré ces tristes événements, aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Le gouvernement a condamné les attaques, les qualifiant d ‘«odieuses et lâches» et visant à dissuader les parents d’envoyer leurs enfants à l’école et de créer une psychose au sein de la communauté éducative. Deux suspects seraient en garde à vue alors que les enquêtes se poursuivent.

Rappelons que le problème anglophone a commence avec les doléances des avocats de la common law et les enseignants anglophones en novembre 2016. Avec le conflit qui s’enlisait, les manifestations de rue se sont transformées en batailles à coups de feu entre l’armée et les combattants séparatistes armés.

Les meurtres, les enlèvements, les incendies criminels, les mutilations et la terreur pure et simple font désormais partie de la vie quotidienne dans certaines parties des régions anglophones.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter