Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 09Article 554752

General News of Monday, 9 November 2020

Source: camer

Crise anglophone: Tibor Nagy jette l'éponge et abandonne les sécessionnistes

Le secrétaire d’État adjoint des Etats-Unis aux Affaires africaines appelle la diaspora camerounaise à la responsabilité et les invite à oeuvrer pour le retour de la paix dans le NoSo.

C’est une grande première depuis qu’il s’est saisi de la crise séparatiste en cours dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NoSo). Le secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines, Tibor Nagy, a formellement invité les membres de la diaspora camerounaise établie aux États-Unis de faire preuve de responsabilité afin de contribuer au retour de la paix dans cette partie du pays. « Nous comptons sur la diaspora camerounaise aux États-Unis pour participer de manière constructive à répondre à ses préoccupations concernant le Cameroun », a-t-il déclaré dans un message daté du 06 novembre dernier.

S’adressant habituellement au pouvoir de Yaoundé, Tibor Nagy attribue un rôle crucial aux Camerounais de l’extérieur. « En tant que communauté, votre influence peut être ressentie à travers des remarques publiques, des conversations privées, des envois de fonds, des conférences internationales et des publications sur les réseaux sociaux. Nous vous encourageons à utiliser le pouvoir de vos voix de manière constructive pour promouvoir la paix en vous engageant avec les Camerounais du monde entier, le gouvernement américain, le Congrès et sur les réseaux sociaux », a-t-il poursuivi.

Pour réitérer la désapprobation des autorités de Washington, le secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines déclare : « Nous ne travaillerons pas avec des groupes ni n’assisterons à des événements organisés par la diaspora – qui incluent des appels à la violence ou des discours de haine ».

Cette sortie du diplomate américain fait suite aux actes de violence récemment perpétrés dans lesdites régions par « des individus armés ». En l’occurrence, la fusillade des écoliers le 24 octobre dernier à Kumba en pleine salle de classe, suivi de l’enlèvement, le 06 novembre, du cardinal Christian Tumi et du Fon de Nso dans la ville de Kumbo. Des attaques condamnées par l’ambassade des États-Unis à Yaoundé.

En réaction à ces tristes événements, le gouvernement camerounais, par la voix de son porte-parole, René Emmanuel Sadi, a estimé que les « commanditaires de cette rébellion » sont hébergés par « des pays amis », dont les États-Unis. C’est ainsi que ces derniers, de même que les organisations internationales, « si attachées à la défense des droits de l’Homme », ont été appelés à une « coopération active et sincère » « afin qu’ils aident à leur (les commanditaires, ndlr) neutralisation et à la consolidation du processus de pacification des régions du NoSo ». Quant aux revendications sécessionnistes, la position américaine est claire.

« Les États-Unis soutiennent l’intégrité territoriale du Cameroun et demandent à tous les acteurs de répondre pacifiquement aux griefs à long terme qui alimentent le conflit actuel dans les régions du NoSo et de cesser d’exacerber les difficultés vécues par les civils dans ces régions », a rappelé Tibor Nagy.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter