Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 29Article 564629

General News of Tuesday, 29 December 2020

Source: Actu Cameroun

Crise anglophone: Jean de Dieu Momo fait des révélations sur les méthodes de Biya dans un media russe

Jean De Dieu Momo a accordé un long entretien au média Sputnik. Dans celui-ci, le ministre délégué auprès du ministre de la Justice est revenu sur ce qui fait l’actualité ces derniers jours au Cameroun. Et la crise anglophone n’a, bien évidemment, pas été en reste.

Depuis plus de quatre ans, la région du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) du Cameroun est en proie à une forte crise qui met aux prises l’armée camerounaise et les sécessionnistes. Malgré la tenue du Grand dialogue national et la mise sur pied de nombre de résolutions, la situation est loin d’être sous contrôle, comme en témoignent les drames récents dans cette zone anglophone du Cameroun.

Pour sa part, Jean De Dieu Momo estime que cette crise ne peut s’achever tant qu’il y aura des groupuscules dirigés par des leaders hors du territoire camerounais qui sèment le désordre, en dépit des efforts fournis par le gouvernement.

« un groupuscule de malfrats qui vivent de cette crise »

« Je pense que le gouvernement du Cameroun et le chef de l’État ont fait tout ce qui est humainement possible (…) Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la paix ne revient pas ? L’explication est simple: il y a un groupuscule de malfrats qui vivent de cette crise. Un groupuscule dirigé par des leaders qui sont à l’extérieur du pays. Il s’agit une fois encore des manœuvres de déstabilisation de notre pays. Comment comprendre que tous les leaders séparatistes vivent dans les pays occidentaux sans être inquiétés ? Pire, ils en arrivent même à organiser des levées de fonds pour acheter des armes dans l’optique d’alimenter la guerre au Cameroun où eux et leurs familles ne vivent plus depuis très longtemps », se désole l’avocat.

« Le président Paul Biya est humaniste, insiste-t-il. Au lieu de faire la guerre aux séparatistes, il a simplement exercé le maintien de l’ordre public. On n’a envoyé ni chars d’assaut ni avions comme en Éthiopie, qui a livré une guerre jusqu’au bout contre les séparatistes. Si nous avions fait la même chose, ce serait terminé aussi. Mais dans ce cas, on aurait encore crié aux violations des droits de l’Homme au Cameroun. Que veulent donc les gens ? Que l’on se laisse massacrer ? Des individus attaquent et tuent nos enfants, nos femmes, et sont cloîtrés dans des pays occidentaux où ils mènent une vie de pacha. Ils donnent de l’argent pour que l’on détruise notre pays. Est-ce normal ? Nous avons fait ce que nous avions à faire », affirme Jean De Dieu Momo.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter