Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 10Article 578653

General News of Wednesday, 10 March 2021

Source: cameroonintelligencereport.com

Crise anglophone: Dabney Yérima met en garde le régime Biya en mondovision

Samedi dernier, 6 mars 2021, l'interview du vice-président d'Ambazonia, Dabney Yerima, sur la principale chaîne de télévision sud-africaine, SABC News, a été une percée pour le mouvement indépendantiste du sud du Cameroun dans sa quête pour faire couvrir son sort médias. L'interview de Mme Francis Herd à 19 heures aux heures de grande écoute a été intense mais juste et devrait ouvrir des portes diplomatiques et humanitaires après une exposition à plus de 30 millions de téléspectateurs dans la sous-région sud-africaine.

Au cours de l'entretien de 13 minutes, on a demandé à Dabney Yerima de clarifier pourquoi le mouvement indépendantiste appelle son pays nouvellement créé Ambazonie alors que l'État n'existe pas dans la communauté internationale des nations. Le dirigeant ambazonien exilé a invoqué la théorie de l'autodétermination et a insisté sur le fait que le peuple du sud du Cameroun n'a jamais fait partie du Cameroun français et qu'il est dans ses droits en vertu des normes internationales de rechercher la souveraineté.

Pressé sur la question des multiples factions dans la lutte en Ambazonie, le vice-président d'Ambazonie a affirmé qu'il n'y a qu'un seul groupe conduisant le peuple d'Ambazonie à la liberté avec le président Sisiku Ayuk Tabe, qui purge actuellement une peine à perpétuité concoctée par le Cameroun français à Yaoundé, comme le meneur.

Mme Francis Herd a utilisé ses coups de poing meurtriers et a poussé le vice-président du sud du Cameroun à expliquer si le conflit avait une justification significative. Yerima a affirmé sans équivoque que la guerre d'indépendance du sud du Cameroun a été sanglante mais digne. Il a fait l'éloge des membres du parlement britannique qui ont récemment appelé le gouvernement britannique à intervenir pour trouver une solution à la crise.

Comme des millions d'enfants dans ce pays ravagé par la guerre ne sont pas allés à l'école depuis plus de quatre ans, M. Yerima a été interrogé pour expliquer la politique du gouvernement provisoire d'Ambazonia en matière de fréquentation scolaire. Il a estimé que « nous avons laissé la décision d'envoyer les enfants à l'école aux parents. Nous reconnaissons que ce sont là quelques-uns des sacrifices que le peuple d’Ambazonie devra faire pour accéder à l’indépendance. Nous cherchons également à ouvrir des écoles communautaires dans des zones qui nous permettent de le faire sans danger »

Le vice-président ambazonien a exprimé la gratitude du gouvernement intérimaire du sud du Cameroun au Sénat américain pour avoir adopté la résolution 684 du Sénat américain qui appelait le gouvernement américain à envisager d'imposer des sanctions ciblées aux membres du régime des syndicats du crime RDPC au pouvoir à Yaoundé pour de graves violations des droits de l'homme dans le pays. République fédérale d'Ambazonie.

Le dirigeant ambazonien exilé a poursuivi en appelant les Nations Unies à établir une mission d'enquête dans le sud du Cameroun et a souligné que seule une telle mission serait en mesure de découvrir les violations flagrantes des droits de l'homme commises par les soldats fidèles au régime Biya.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter