Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 05Article 571486

General News of Friday, 5 February 2021

Source: cameroun24.net

Crimes impliquant les ressortissants du Noun: le sultan Mbombo Njoya interpellé

Le journaliste d'investigation Ruben Malick Djoumbissié adresse une lettre ouverte au Sultan des Bamouns au sujet des nombreux crimes impliquant ses sujets.


LETTRE AU SULTAN BAMOUN SM IBRAHIM MBOBO NJOYA

Majesté, certains vont associer à ma sortie un jugement offensant, effronté ou contraire à la bienséance. Mais je tient à rassurer avant toute chose que ceci ne porte en aucun cas les germes d'une impudente témérité à l'égard de votre Majesté. Je veux juste avant de camper le débat, abstraire afin qu'elles n'opèrent pas sur votre jugement,les velléités belliqueuses de cervelles faciles qui iront jusqu'à m'accuser de crime de lèse-majesté ou d'atteinte à la majesté du souverain comme si l'hérésie faisait son siège dans vos erreurs par devers et contre la critique.

D'ailleurs, en agissant de la sorte, ils vous feront connaître à quel point leur ignorance totale des traditions Bamoun est nocive à votre règne. N'est-ce pas vrai qu'un rituel du ngouon accompli par les Fona Ngouon vous soumettrai à un jugement au devant de tous pouvant conduire jusqu'à votre destitution ?

Je décide de vous écrire à la suite d'un entretien avec une source interne à la DGSN ,délégation générale à la sûreté nationale qui m'informe preuves disponibles à l'appui qu'aucours des 15 dernières années, plus de 500 cas de trafics d'organes et d'ossements humains, de mutilations de corps, de profanations de tombeaux et de sépultures perpétrés par des ressortissants Bamoun ont été enregistrés dans notre pays. L'information confirmée par une source interne au SED, secrétariat d'état à la défense maximise cette statistique en renseignant des chiffres plus importants dont plus de 1200 perpétrés dans la même période si on y ajoute ceux commis dans les pays voisins tel le Gabon, la RCA et le Congo Brazzaville. En moyenne 90 cas par an rendant coupables nos compatriotes ressortissants du département du Noun.Des reportages produits par moi même et ceux réalisés par des confrères largement diffusés à la télévision et sur les réseaux sociaux en disent long sur non seulement la véracité des faits mais surtout l'ampleur du phénomène. A ce trafic monstrueux qui a la parfaite vocation de banaliser la nature humaine s'ajoutent les rapports d'interpol mettant en garde contre des actes de vénalité perpétrés par des faux antiquaires Bamoun devenus maîtres dans l'art d'extorquer à travers le monde des sommes d'argent étonnamment faramineuses aux amoureux de l'art du génie Bamoun, prétextant disposer des œuvres d'art hautement symboliques alors qu'en effet ,il n'en sera rien. Pure grivèlerie.On peut aussi vous parler de ces jeunes Bamoun toujours bien nippés écumant à longueur de journées l'esplanade des hôtels dans les villes de Douala et Yaoundé sans que l'on ne puisse réellement définir les raisons de leur forte présence. Toujours à bord de voitures de luxe,ils traînent dans la plupart des cas derrière eux des records d'escroquerie à couper le souffle. Faux marabouts,fabricants de fausses monnaies, trafics illicites des plus redoutés à mettre à leur actif. Comme si sous votre règne, les Bamoun qui étaient hier un peuple supérieur, ce peuple s'est dévoyé pour constituer une colonie de brebis égarées et le Noun,un incubateur de faux génies. Le peuple Bamoun hier très respecté est devenu maintenant divisé sur l'autel des batailles politiques. Le monarque n'a pas réussi à tracer la ligne de démarcation entre les aspirations du peuple, ses aspirations personnelles et sa vocation pastorale car chez nous en Afrique, le roi est un guide spirituel avant toute chose.

Je crois sa majesté que vous êtes en quelque sorte responsable de cette situation.
Cette responsabilité dont je veux parler trouve peut être ses sources dans l'étrange perdition évoquée plus haut face à un laxisme observé qui en effet ne vous a jamais étonné, inquiété ni offusqué publiquement et c'est tout ce paradoxe qui interpelle aujourd'hui. Sa majesté, vos brebis se perdent déversants les excréments sur un passé historique glorieux le votre construit par vos ancêtres pendant plus de 600 ans et vous le berger vous vous mouchez avec un mouchoir blanc de malfaisances.

De Ncharé Yen à Njimoluh Njoya en passant par Monjou,Mengap, Kouotou,Nsangou pour ne parler que de ceux là, tous des grands monarques ayant remportés des grandes batailles, ils vous ont laissé un impressionnant héritage idéologique, artistique, culturel et même philosophique. C'est leur travail qui a rendu aussi attractive la culture Bamoun. Or de toute votre dynastie dont vous êtes le 19eme monarque, vous êtes le seul avec d'impressionnants titres nobiliaires qui curieusement n'a rien prolongé...les initiés comprennent la vocable (prolongé).Pourtant le patrimoine qui vous a été transmis élaborait déjà son trait d'union manifeste entre le métaphysique et le physique faisant la base de tout un syncrétisme religieux conciliant croyances et savoir faire dont le rayonnement commençait à marquer les esprits dans le monde de la science. Le Sultan Njoya, votre grand père de par son ingéniosité avait réussi à provoquer l'essor des arts et techniques issus du génie artistique Bamoun inscrit aujourd'hui sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il est l'un des premiers monarques Africains à fonder un mouvement religieux typiquement nègre avec une liturgie et un discours doctrinal inspiré des legs ancestraux. Des anthropologues s'accordent à dire avec un discours élogieux que ce monarque qui était l'un des plus intelligents en Afrique pouvait à lui seul provoquer une révolution culturelle. Avant sa conversion à l'islam, il avait mis au point le KWET KWATE ou KUET KWATE ,une sorte de bible consignant les préceptes fondamentaux de son idéologie.

Majesté, je suis obligé au regard des faits irréfutables évoqués plus haut,de conclure que la situation actuelle dans le Noun vous impose un bilan d'étape.

Altesse Royale,je vous prie Altesse Royale d'agréer l'expression de ma très haute considération.



Ruben Malick Djoumbissié
Journaliste

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter